mardi 3 janvier 2012

du Guilvinec à Seafrance, le bateau ivre de Sarkozy

Notre président n'a pas le pied marin. De sa ville de Neuilly, il a enjambé la Seine pour aller vers l'Elysée. Alors quand il s’approche des côtes françaises, il se dote de bottes et d'un ciré pour faire "proche du peuple".
Au Guilvinec, sympathique port de pêche du Sud-Finistère, on se souvient encore de sa visite et de sa prise de bec avec les pêcheurs. Et depuis ... on ne souvient surtout des promesses sans lendemain.
Le voilà maintenant devant la faillite de SeaFrance, on pourrait se gausser à loisir de voir le ministre de tutelle se prendre une volée de goémon. Thierry Mariani pensait encore que « On est dans le jusqu'au-boutisme, je dirais même dans le fanatisme qui nous mène au suicide collectif » devant les propositions de la CFDT.
Notre dévoué président Nicolas Sarkozy a trouvé la timbale en proposant la création d'une SCOP. Mais les salariés devront verser leur indemnité licenciement au pot pour pouvoir continuer à travailler. Autant jouer à la roulette tellement les salariés de SeaFrance prennent le risque de perdre sur deux tableaux, leur indemnité et leur boulot.
Le montage financier "abracadabrantesque" selon l'avocat d'une partie des salariés risque d'être retoqué par le tribunal ce matin-même. (). La politique maritime du gouvernement est sous la menace d'un nouvel avis de tempête. (à lire et à voir aussi sur )


3 commentaires:

  1. Salut David, bloavez-mad. Merde, je parle du même sujet que toi, et j'ai publié sans te faire de lien. Les grands esprits...

    Répondre
  2. ouais, j'étais tenté de penser qu'il faisait enfin ce qu'il aurait du faire depuis cinq ans dans le dossier de SeaFrance, mais même là il s'y prend mal...

    Répondre
  3. Pour garder son emploi, il faut savoir prendre des risques. l'idée est excellente. Aux avocats et autres liquidateurs de faire, pour une fois, correctement leur travail vu qu'ils sont grassement payés pour cela.

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !