mercredi 26 octobre 2011

On ne buvait pas de vodka à la maison


La vraie gauche, je l'ai bien connu. Tout jeunot déjà, elle me serinait dans les oreilles. L'époque était encore au mur de fer. Et les livres d'histoires parlaient des blocs, de l'indépendance de la France et des non-alignés.
Quand on parlait de l'autre côté, c'était pour attendre les chars soviétiques sur les Champs Elysées. Depuis ma grand-mère qui avait vu la Capitale, s'en foutait de ces foutus chars. L'avenue est moche, crade, pleine de monde. Et je ne suis même pas sûr que le soldat made in URSS pourrait trouver un troquet pour boire une vodka.
A l'époque donc, on apprenait à l'école des gauchistes que l'URSS avait des magasins vides et des mais organisées dans l'attente de la livraison de PQ. La voiture était une marque de luxe (comme maintenant). Les gentils dissidents étaient en fait des vilains contre-révolutionnaires.
Mais tout ça était bien loin de l'idéal révolutionnaire des sans-noms. Ils croyaient à un monde plus juste ou la vie serait moins dure. La richesse serait redistribuée. C'était une époque ou dans nos campagnes, le chatelain avait encore sa toute-puissance. Il possédait la terre. Le paysan travaillait son lopin pour payer son fermage à la Saint-Michel. On apprenait ça à l'école. Et quand on revenait vers ses grands-parents, on se posait des questions.
Le possédant, lui-même issu d'un ligné de possédants, n'avait qu'une chose à faire : récupérer le résultat de son héritage. Il ne pouvait alors y avoir que deux choix possibles, la soumission ou le communisme.

4 commentaires:

  1. Je ne peux pas adhérer à ça, c'était plus complexe que ça ... même si tu n'as pas pu, peut-être, le percevoir. Ce que nous percevons comme "vrai" c'est souvent à travers les mauvaises lunettes de tout ce que nous ignorons.
    Deux titres faciles à lire pour t'en convaincre :
    1. http://livre.fnac.com/a20443/Jean-Bouvier-Initiation-au-vocabulaire-et-aux-mecanismes-economiques-contemporains : Il est épuisé. Tu peux le trouver d'occasion chez Gibert ou en ligne. Les étudiants se l'arrachent car on n'a pas fait mieux, depuis cette publication.

    2. http://www.amazon.fr/relations-internationales-1945-1973-Pierre-Milza/dp/2010177002
    Sur le sujet, trois bouquins de Pierre, ci-dessus, le lien vers celui qui concerne la période que tu évoques. Pierre Milza, quel historien ! ...

    Répondre
  2. Bien sûr que c'est plus complexe que cela.
    Ce sont juste quelques souvenirs de la fin des années 70, début 80.
    Ce n'est pas en 15 lignes que je peux raconter la vie sur un siècle.

    Merci pour les liens vers les livres.

    Répondre
  3. Je te précise que "le" BOUVIER décrit bien la ruralité issue des structures foncières féodales, la révolution industrielle ... et la révolution des moyens de transport sans laquelle la révolution industrielle n'aurait pas eu lieu.
    ça va t'emballer.
    Apolline

    Répondre
  4. On en buvait chez moi, peut être un peu trop et aujourd'hui, surement pas assez.

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !