jeudi 4 août 2011

Moubarak, papy dictateur

Hosni Moubarak, dictateur déchu, va donc être jugé. Le tribunal s'est . La vision de l'ancien raïs malade, alité, derrière une cage en fer donne à ce procès une image humiliante selon la presse.

Le journal montre en Une cette "humiliation qui dessert la révolution". Mieux même dans son éditorial Nicolas Demorand pose la question "de rompre avec ce genre de procédé et d'écrire une page nouvelle".

C'est ainsi, assis devant son bureau, l'éditorialiste peut donner des leçons à la terre entière. Oubliant au passage le désir de justice des égyptiens. Nombreux sont les dictateurs morts dans leurs lits alors qu'ils étaient toujours au pouvoir. Ainsi Franco n'aura jamais été jugé, et a laissé à l'Espagne qui nuisent encore à l'intégrité du pays.

Loin de vouloir la guillotine pour Moubarak, il faut saluer la chance qu'ont les égyptiens de pouvoir juger leur ancien chef d'état. Les tunisiens n'auront sans doute jamais cette chance avec Ben Ali. La justice sera celle des vainqueurs envers les vaincus, celle de la vengeance, celle du souvenir des humiliations, des vols et des peurs. Il faudrait avoir au moins la pudeur de le comprendre.

5 commentaires:

  1. Oui, mais le volet inverse, c'est que ça va le victimiser... Je suis partagé (mais je m'en fous).

    Répondre
  2. T'as raison je m'en fous aussi;
    Mais ça valait bien un petit billet !

    Répondre
  3. Demorand est paradoxal : il parle d'humiliation et de voyeurisme alors qu'il colle sur sa Une la photo.

    Faudra commencer par demander aux égyptiens si cela dessert leur révolution. De Paris on peut tout dire, on ne voit pas la mer ....

    Répondre
  4. la mer ... et la pointe des pyramides

    Répondre
  5. Il nous la joue façon papon ? Il sortira du tribunal debout et en sautillant !

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !