Pages

samedi 30 juin 2012

Les Verts sont-ils solubles ?

Hervé, militant et ancien candidat aux législatives pour Europe Ecologie - Les Verts, se pose la question de l'avenir de son parti. Apparemment ce n'est pas la pertinence des idées qu'il met en doute mais plutôt l'intérêt de la participation au gouvernement.

En regardant dans , on se rend compte en effet qu'à partir du moment ou les communistes sont arrivés à la porte du pourvoir au 1981, leur influence a fortement décliné. Le cycle était déjà engagé. 

Les Verts de 2012 ne sont pas les Communistes de 1981. Le poids électoral tout relatif du parti vert n'a rien de comparable avec celle du PC de l'époque. De plus le PC s'appuyait sur une implantation importante en militants, en bases électorales. Cela n'a rien à voir avec les Verts d'aujourd'hui.

Si les verts veulent faire avancer les idées qui leurs sont propres, la majorité actuelle leur est favorable. Mais inutile de jouer les effarouchés à chaque , les électeurs n'y verraient que de l'agitation politique sans intérêt. On me reprochera de comparer nos partenaires à des satellites. La question n'est pas de savoir si ce sont les verts qui copieront le PS ou l'inverse. Ces deux partis n'ont pas vocation à fusionner. Il y a heureusement beaucoup de points communs entre nos deux partis. On comprend que les Verts estiment que l'urgence est environnementale. Ceux-ci doivent aussi admettre que l'urgence est sociale. 

Alors que vont devenir les Verts ? Cela dépendra d'eux, mais pas seulement. Ils auront des défaites et des victoires dans les décisions gouvernementales. Leur avenir se joue aussi à .
 
Petite note locale : Les verts d'Aulnay ont décidé de quitter la majorité municipale. Les mots, les accusations et leurs manœuvres politiques n'ont pour l'instant pas eu beaucoup d'échos électoraux dans les urnes (cantonale, législative). Pourtant j'ai lu que le soutien pour le candidat socialiste Daniel Goldberg au second tour de la législative n'était pas entre le mandat local et national. Autant dire que j'ai trouvé ce procédé assez peu convenable (je reste correct). C'est plutôt cocasse d'être capable d'expliquer que mandat national et local n'est pas la même chose, et jouer sur cette ambiguïté pour en remettre une couche dans la confrontation à gauche dans notre ville. Les petits calculs ne font pas les grands desseins.

Voilà l'été des blogueurs !

Merci à pour sa nouvelle playlist.

à faire partager !


vendredi 29 juin 2012

Une journée ordinaire dans ma ville ?

Il y a des jours comme ça.
Et dans ma ville, cela se arrive assez souvent. 

J'habite le 9-3. J'habite Aulnay Sous Bois. Avant ... et bien avant je sortais tout droit de ma campagne. Bien sûr l'herbe était verte et la mer aussi. Mais les problèmes que j'y croisais n'avaient rien à voir avec ceux de ma ville. 

Aujourd'hui j'apprends :
  1. L'ancienne usine d'amiante dont le chantier de dépollution coute un bras à la collectivité locale a son sol totalement pollué. Les enfants de l'école d'à côté ne rentreront pas en septembre prochain dans leur école. La facture s'allonge et on attend que la justice regarde du côté du .
  2. L'usine PSA d'Aulnay sous Bois va fermer. 3 300 salariés sont concernés. Peugeot qui a touché tant d'argent par l'Etat, voulait faire son annonce en plein torpeur estivale. Raté, l'été n'est pas là. Mais le chômage pourrait être au rendez-vous de septembre pour beaucoup. On se demande ce que l'expression "constructeur hexagonal" veut encore dire.
  3. Trois jeunes connards ont agressé une vieille dame derrière chez moi ce matin.  Une fois le collier et le sac empoché, ils ont filé de l'escalier de l'immeuble ... tranquillement. L'un d'eux a même souri aux dames apeurées dans la salle d'attente d'à côté. Trois petites frappes qui se prennent pour des caïds en bousculant une petite dame sans défense.
BON SANG DE BORDEL DE MERDE !


Photo : (allez-y !)

La suite prépuciale !

Autant anticiper le débat !
Il faut couper dans le vif du sociétal qui bouleverse nos voisins allemands. "La justice "germanique" a condamné un médecin pour une ablation de prépuce à des fins religieuses" (). J'entends déjà les débats à venir dans notre pays chez les néoconservateurs. "Combien coute ce geste chirurgical à la sécurité sociale ?"
J'entends aussi les réponses des zigotos qui vont se sentir blessés devant ce genre de question. "C'est une stigmatisation religieuse, c'est une question de propreté, c'est une question de liberté". C'est surtout une qui remonte à des siècles. Et comme toute coutume consacrée par une population, la circoncision n'échappe pas à la règle.
On ne touche pas à l'intégrité physique au moins jusqu'au moment ou l'enfant est capable de raisonner. Après on verra quand les gamins discuteront des expériences difficiles des petits camarades, s'ils sautent le pas à la coutume.

jeudi 28 juin 2012

Le vater-cloisette est interrompu

Longue période de mutisme. Plein de choses à dire mais pas le temps, pas l'envie.
Et pourtant en regardant bien, on a toujours une histoire à .

Blog itinérant

jeudi 21 juin 2012

le bookboulet

Lundi c'était le bac de philo. J'imagine très bien les candidats en train de réfléchir à une question qu'ils n'ont pas compris. Du genre : « Toute croyance est-elle contraire à la raison ? ». 

Je viens d'avoir ma question de philoquejecomprendquedalle : cinq raisons pour ne pas utiliser de bookbazars. C'est une question posée par , pour un devoir sur la promotion de réseaux sociaux dans l'architecture du datacenter, tout en appliquant des solutions référencées en vue de la qualification logicielle et des apports des optimisations sur les configurations du datacenter... (source ) Comment répondre à une question dont tu ne comprends même pas les termes :
  1. aller au bistro. C'est la solution la plus simple. Quand tu ne sais pas, tu demandes à des gens plus qualifiés (ils sont là pour ça). Quand tu sais, tu demandes à des gens moins qualifiés (ça flatte l'égo). On n'est pas forcé d'aller au bistro. Mais quitte à ne rien comprendre, autant le faire en se faisant plaisir en buvant un coup. (on pourra toujours accuser après-coup le patron d'avoir eu la main lourde si le mal de crâne persiste)
  2. faire tout comme il a dit. Je tiens un blog depuis longtemps. J'ai beaucoup tâtonné, en faisant des conneries (la preuve j'ai effacé les premiers billets de ce blog et j'ignore du coup sa date de naissance). J'ai lu pas mal de choses. Mais c'est peut-être Nicolas J. qui m'a appris le plus.
  3. faire confiance. Google est grand. J'utilise Blogger pour mes blogs. Tout roule (sauf quand tu essayes de devenir un professionnel sans diplome cf réponse 2)
  4. ne rien faire. Peut-être qu'en attendant le truc que tu ne comprendras pas, disparaitra de lui-même. (cf Rama Yade)
  5. retourner au bistro.
Je souhaite bien du courage aux autres (, , , et ). Reste plus qu'à attendre la note du prof.

Demain on cause politique.

mercredi 20 juin 2012

La radio de l'été des blogueurs Saison 3 #radioblogueurs2012

On se détend un peu. L'ami Laurent lance depuis quelques heures, sa nouvelle saison de la .

  • Tu choisi ta chanson de l'été (ça peut être une chanson que tu écoute en ce moment, un groupe qui joue du coté de chez toi, ou une chanson qui a accompagné un de tesEtés précédents)
  • Tu fais un beau billet sur ton blog avec :
  • Un lien vers ta chanson de l'été (ou une video youtube de la chanson)
  • une copie de la règle du jeu
  • Un lien sur ce billet (çà me simplifiera la tache pour retrouver ta participation)
  • Une liste de deux ou trois blogueurs que tu souhaites tagger dans cette chaine pour qu'a leur tour il nous proposent leur chanson de l'été.
ensuite, à partir de la semaine prochaine, le player de radio va commencer à diffuser. tu pourras donc écouter la radio des blogueurs :
  • Sur ton site en intégrant le player (qui sera disponible dans quelques jours )
  • ou sur Twitter (via le compte ou le tag )
J'attends avec impatience les choix de , de , de de et de . On verra pour plus tard ce que choisira , sur ce blog, j'ai décidé de proposer et son titre "On s'en fout". 

mardi 19 juin 2012

L'amère hégémonique

L'assemblée nationale est élue. Les dernières nuits furent courtes. On a fêté les vainqueurs et pleuré nos vaincus. Mais la victoire est belle.

On reviendra sur ces élections. Mais ici le temps ne s'est pas suspendu. Déjà la fermeture de l'usine PSA tant crainte est annoncée. Le patronat attendait la fin du tunnel des élections afin de ne pas gêner ses amis. Le gouvernement va forcément gérer la crise. Pas besoin de se frotter les yeux, ceux qui ont passé tant de temps à écrire des rapports auront à s'expliquer sur ce bilan.
Hier soir, en rentrant j'écoutais les sur une grande radio. Ce n'était pas les mêmes que la veille à la télé, mais les propos se ressemblaient. La gauche est toute puissante. Le peuple a parlé, et plusieurs fois.

Il faudra rappeler souvent comment l'État fut appelé RPR, comment la droite avait tous les leviers des pouvoirs.

J'entendais aussi les mêmes pinailleurs parler des désillusions, des premiers mauvais sondages, et des futures défaites. Les cons, les élections à peine terminées, ils pérorent sur leurs propres désirs.

Dans les jardins d'à côté, les roses sont belles. Cela suffira pour mon bonheur aujourd'hui.

Blog itinérant

dimanche 17 juin 2012

Ton troll éternel

Jour d'élection, on ne parlera pas de . Alors autant faire un peu de propre dans la maison comme dans son blog.

Nicolas J. nous raconte aujourd'hui la façon dont . (Pour maman, j'appelle un troll qui squatte un blog, en répétant les mêmes bêtises, en insultant le blogueur ou ses visiteurs, ...). Il a raison, le troll fait chier. Il emmerde les gens. Le pire c'est qu'il n'est pas toujours anonyme.

Tenez, dans mon environnement, je compte trois trolls. Deux d'entre eux feraient bien d'ouvrir un blog comme le propose Nicolas. Mais je suis persuadé qu'il finirait pas s'emmerder. L'un tape systématiquement sur la gauche pourrie et les immigrés (de préférence musulmans). L'autre tape sur la municipalité (de gauche) tout en se proclamant démocrate. Leurs interventions tournent sur deux à trois sujets. Systématiquement, dans la discussion, leurs problématiques reviennent. Ils sont impossibles. C'est pour cela qu'ils ne peuvent écrire dans un blog. Au bout d'un moment, ils se rendraient compte qu'ils tournent en rond. C'est un peu comme si je parlais sans arrêt du député sortant de ma circonscription, ou d'une jeune candidate centriste, ça deviendrait lassant. Et le lecteur finirait pas ne plus revenir.

Et encore j'ai de la chance. Ces trolls ne viennent pas chez moi. Ils trollent dans ma blogroll locale. En écrivant je me rends compte que j'ai oublié de lister un quatrième troll qui vient de me mettre en cause ailleurs. Faudra que j'aille répondre.

1,2, et 4 trolls. Manquait le 3éme.
Il avait disparu. Lui, il avait un blog. Il a été condamné pour avoir écrit ce qu'il pensait tout bas. Il trollait ailleurs. On s'est salué. On s'est fritté. Il a merdé. Il s'est tu. Le voilà qui revient, tout pareil. Les copains du cru savent de qui je parle. Apparemment il n'a pas changé. On pensait s'ennuyer après les élections. Voilà de quoi nous occuper un moment. En le taquinant, j'ai trouvé drôle qu'il en appelle à la modération en sachant qu'il avait été condamné pour diffamation. J'arrête là au risque de devenir grossier.

 


jeudi 14 juin 2012

Législative Lamballe-Loudéac : Tous pour Cauret !

Dimanche on vote dans tout le pays et donc dans une circonscription qui m'est chère, celle de . 
On a une habitude dans le 22 : voter très souvent à gauche. Quand j'étais un jeune militant, mon département était en haut à gauche (et bien seul) sur la carte de France. Depuis les choses ont changé. Et la campagne perd le bleu de ses origines pour se teinter d'une couleur plus proche de mes valeurs.
Dimanche prochain, je ne me fais pas trop de soucis pour le reste du département, les habitants ont décidé de donner une majorité stable au président de la République. Cela reste plus difficile pour Loïc Cauret, le candidat PS, maire de lamballe. Mais rien n'est joué. Et moi j'y crois parce que je sais que Loïc fera un bon député, proche de ses concitoyens et actif dans l'assemblée.
Le dernier argument est : "Ouvrier de l'agroalimentaire, il devient salarié puis cadre dans une entreprise de transport, après avoir suivi une formation de chauffeur à l’AFPA de Loudéac". Les peuvent montrer dès dimanche que les ouvriers ont aussi toutes leurs places chez nos grands élus. Dimanche on vote Loïc Cauret !



PS : on me dit dans le creux de l'oreille que son suppléant est très bien vu dans la grande du centre Bretagne. Souhaitons donc dès à présent beaucoup de réussite dans l'avenir au sympathique Olivier Quéro.

mercredi 13 juin 2012

La petite voix

J'avais écris «voie» sans faire exprès. Mais puisqu'il faut parler affaire familiale, affaire politique et prévision, autant utiliser sa voix.


Depuis dimanche soir, on savait sur La Rochelle serait un des lieux où la passion l'emporterait sur la raison. Il fallait attendre la fin du scrutin pour dire enfin le fond de sa pensée.


Ségolène Royal n'avait pas voulu que les militants socialistes de cette circonscription puissent choisir entre elle et Falorni. Son statut devait la protéger de ce passage obligé. Son allié de circonstance Martine Aubry devait se satisfaire de ce petit service. Cette méthode est détestable. Ségolène n'était redevenue qu'une personnalité politique usant de ses réseaux pour obtenir la place qu'elle lorgnait.


Jouant sur du velours, l'UMP appelle déjà à voter le socialiste sans étiquette. Et on reproche à Falorni des appuis qu'il n'a jamais demandé ou envisagé.


Et voilà que Valérie met à son tour son grain de sable, déclenchant une réaction épidermique dans tous les blogs. Ce tweet est sans doute salvateur. Il me permet d'écrire ici tout le bien que je pense de cette et de son protégé.


Blog itinérant


mardi 12 juin 2012

Le bleu qui tâche

L'UMP a choisi de ne pas choisir entre un candidat socialiste et frontiste. Copé, Fillon et ont trouvé la martingale. Le PS s'affiche avec l'extrême gauche.


Et cela fait longtemps. L'UMP a oublié que de nombreuses collectivités sont gérées depuis de nombreuses années en partenariat avec le PS et le PC. Les accord sont anciens.


Mais la pression est trop forte pour le parti majoritaire de la droite. Sans trop le dire, celui-ci désire s'acoquiner avec son extrême. La reconstruction de la droite républicaine va se faire sur le dos des centristes.


En attenant le résultat du second tour, en passant devant le panneau du candidat de ma ville, l'affiche du candidat UMP dégouline de bleue. La faute à la pluie sans aucun doute.


lundi 11 juin 2012

Un premier tour de changement à #Aulnay

A vouloir jouer une autre élection que celle qui devait se jouer, on cherche à duper les électeurs. Il faut croire que dans ma circonscription, cela n'a pas marché.
Il y avait deux députés sortants dans cette circonscription recoupée par l'ancien gouvernement. Le député PS Daniel Goldberg est arrivé en tête (12 659 voix contre 8002 en 2007 pour le candidat Gérard Ségura). Le député UMP Gérard Gaudron lui a recueilli 9890 (contre 14380 voix en 2007 dans la primaire à droite).  Le nombre de suffrages a été de 32 263 (contre 27 763 en 2007, la circonscription ayant gagné un canton). 


Autant le dire, les électeurs ont sanctionné durement le bilan du député Gérard Gaudron. Celui-ci a voulu faire une campagne de candidat "local". Les électeurs ne se sont pas trompés d'enjeux. Il est amusant d'ailleurs de voir le bandeau "Gaudron, c'est maintenant", alors que l'on attendait depuis 5 années des réponses précises pour les français. Quand au "votez local", on se demande si celui-ci est un clin d’œil au parachutage de son principal concurrent ou un gros appel de pied au thème de campagne de Nicolas Sarkozy sur l'immigration et les frontières.


De même le minuscule, le ridicule, le refoulé logo du parti UMP auquel appartient le député Gaudron sur l'affiche mériterait une étude markéting à lui seul. Pourquoi s'embêter avec ce logo si on veut le faire disparaitre. M. Gaudron aurait du assumer soit son appartenance, soit son indépendance.

A l'inverse, Daniel Goldberg ne cache son souhait de devenir député de la majorité présidentielle. Le président Hollande a été élu avec des propositions. Pour les mettre en œuvre, il lui faut une majorité nette. Daniel Goldberg est le candidat du changement à Aulnay Sous Bois et à l'Assemblée Nationale.

vendredi 8 juin 2012

A ceux qui se trompent d'élection

Hier soir, deux acteurs blogo-associatif (Aulnay Citoyen et Monaulnay.com) réunissaient une partie des candidats à la députation de la 10 ème circonscription de la Seine Saint-Denis.

Pas de grande surprise dans les cv des huit prétendants : l'extrême gauche est anti-capitaliste, le vert écolo, l'économiste libéral, le trèfle ... radical, le modem auto-flagellaire.


Le candidat libre et indépendant Marc Masnikosa est quant à lui centro-aulnaysien. Ce candidat peut promettre de rendre le choix aux électeurs sur tous les décisions. On n'y croit guère.


Ce candidat pouvait regarder intensément le fond de la salle, en cherchant l'appui de son tuteur. Son discours n'était qu'un échauffement en vue des municipales de 2014. C'est que les petits calculs ne sont jamais loin.


Une dernière chose, on peut prôner, prêcher et ânonner toujours la même martingale. Quand celle-ci porte sur la démocratie directe, on s'amusera de compter qu'hier celle-ci a rassemblé environ 30 personnes, organisateurs, candidats et staff compris.


Pour 2014 la vague n'est pas encore à l'horizon.


Blog itinérant