Pages

vendredi 13 juillet 2012

Le poissonnier se pète une durite

Au lendemain de l'annonce de la fermeture de l'usine PSA, la ville d'Aulnay sous Bois est groggy. Les plans du constructeurs étaient connus depuis un an. Mais l'importance de cette annonce est vécue comme un choc.

Alors dans ces cas-là on regarde autour de soi quelles seront les familles touchées, quels sont les enfants à l'école qui auront un parent au chômage bientôt. On pense à cette maman qui fait des ménages et dont le mari et le frère travaillent à l'usine. Cette fermeture touche des visages connus bien loin des images que l'on a vu dans nous écrans depuis hier.

Une usine ferme et la ville est sous le choc. Depuis hier on voit les mêmes petites calculateurs donner des leçons, faire des plans sur la comète. On veut transformer des mètres carrés en fermes de serveurs informatisés. Sans doute serviront-ils à stocker du vent, mais que  seront devenus les emplois des PSA ?
Il faudrait alors transformer durablement le site. Soulignons bien la notion «durablement», preuve que la crise et la transformation de la société n'est qu'une broutille. Le yaka-fokon devient une boussole folle quand on se penche sur une feuille blanche.
Et je pense aussi à cette gauche si pure, incapable de gagner une élection, mais porteuse de division.

Bref la ville est prise de spasmes. Et comme à chaque fois, les non-dits ressortent. C'est que l'usine est associée aux cités qui font et défont une renommée. Ces cités ont été les premiers fournisseurs de mains d'oeuvre de l'industrie automobile.
En bref certains se disent que plus au sud (il faut toujours plus beau au sud dans cette ville), l'annonce n'aurez pas ou peu d'écho. C'est le cas du poissonnier. Quand il discute hier sur le marché avec sa voisine, il n'avait pas en tête les clients devant lui. «Ce ne sont pas mes clients qui pointent à l'usine, pas question de manifester (son soutien)». Le poissonnier pourrait vendre des andouilles. J'avais entendu les mêmes sornettes chez un boulanger qui cherchait la qualité et pas la quantité chez ses clients. L'un et l'autre ne se rendent pas compte que c'est toute la ville qui va se retrouver diminuée, affaiblie et appauvrie. Les coûts à venir seront cette fermeture seront gigantesques. Je ne suis plus sûr de sourire devant l'étal de poissons invendus.

19 commentaires:

  1. Un poissonnier de droite...

    Répondre
    Réponses
    1. surement, mais un poissonnier avec un client en mois.

  • Alors là !... C'est une andouille ce poissonnier.Bien sûr qu'il y a plein de gens qui n'ont plus rien et ne font plus leurs courses qu'à Lidll.Mais il y a tous les autres qui économisent sur un tas de choses pour s'acheter sur le marché, quelque chose de bon pour faire des petits plats en famille! Zappe le cet abruti !

    Répondre
    Réponses
    1. C'est idiot. Sur un marché il a décidé de se passer de clients

  • En plus, demain ils diront que y a trop d'arabes qui ne travaillent plus chez PSA et qui profitent...

    Répondre
    Réponses
    1. et ça fera monter le FN.
      On nous donne déjà RDV dans 5 ans ... avec l'extrême droite faisant le plein. Il faut dire que la droite républicaine est aux abonnés absents

  • Tout ceci est bien entendu sorti de son contexte, moi meme je poissonne à droite. Nonobstant ce drame que vit la ville, il faut bien preciser que la ville est coupée en deux. Les marchés ayant lieu le meme jour(je ne vois pas l interet d aller a l autre bout de la ville pour trouver ce que j ai à proximité... Le marché des 3000 est tres reputé) et que la cité des 3000 a été faite pour loger la main d'oeuvre de citroen.

    En ce qui me concerne je ne connais personne qui travaille là bas. 3000 emplois pour une ville de 82000 habitants, cela represente environ 4%.

    Pour ma part je suis solidaire de tous les chomeurs de la ville et je ne sors pas mon indignation lors d un licenciement de masse, je suis consterné par l echec de notre modele social. Cela sans viser de partis politiques ou autres boucs emissaires... Nous participons tous les jours à la destruction de notre economie... Avec nos achats...

    Indignons nous comme dirait l autre mais tout le temps, pas uniquement en temps de crise.

    On reproche souvent aux gens de troller les commentaires mais là on atteint le top #jdcjdr

    Répondre
    Réponses
    1. Une précision : les 3000 emplois directs ou même les 9000 emplois indirects ne sont pas tenus par des aulnaysiens exclusivement.
      Cela étant dit, j'habite cette ville et je connais sa population. J'ai le droit de l'ouvrir comme bon me semble pour dire que cette fermeture sera une immense perte pour Aulnay Sous Bois. Il faut dénoncer les suppressions d'emploi comme ceux de technicolor parce qu'ils sont justifié par la recherche d'un profit immédiat pour les actionnaires
      Mais derrière ton anonymat tu as beau jeu de venir ici me faire la morale et me dire que ton indignation est permanente. Tu dois être bien malheureux.
      Enfin notre économie est basé sur le marché et la consommation. Tout cela est à revoir mais qui fera les premiers sacrifices ?

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !