Pages

samedi 12 mai 2012

Réflexion sur clavier

Fin d'une journée bien remplie dans Ze réel.
Le reste de la famille est absente en cette fin d'après-midi.

Alors je m'installe au bureau. Les relevés d'heures, les contrats de travail, le courrier, les mails qu'on n'a pas pu lire dans la journée. Tiens m'informe qu'on parle de nous par ici, enfin que l'on nous interpelle. A force d'aller troller, on s'est fait remarquer tous les deux. J'y vais, je parcours et comme je ne connais à ce dossier, je me tais pour le moment. De toute façon c'est un vieux truc.


En fait je ne suis pas un troll. Je ne suis pas un anonyme. J'ai fait en sorte d'être clairement . Mon patronyme, ma situation et mes appartenances sont connus. De temps en temps dans la vie réelle, il m'arrive de recevoir un petit salut d'un lecteur. Je suis toujours impressionné. On écrit un blog comme une vitrine mais on le fait vivre à travers un réseau qui est principalement virtuel. Avec les de la , les et la des , j'ai commencé à fusionner ce monde parallèle dans mon .

Alors quand tu croises un blogueur qui feindrait presque de ne pas te connaître, j'ai quelque doute sur la qualité de mon capital sympathie avec lui. Ce n'est pas grave. Cela confirme juste mes premiers sentiments. Mais le télescopage entre réel et virtuel ne s'arrête pas là. Quand je croise (toujours de façon pressé, désolé) un candidat aux législatives, fut-il blogueur, et pour lequel j'ai eu sans doute des mots très durs, la poignée de main est franche et respectueuse. L'intensité de nos oppositions n'empêche pas la qualité de nos relations cordiales.

Le tout est de savoir comment tout cela va continuer à vivre ensemble.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !