vendredi 11 mai 2012

Le truc qui restera peut-être !

On a gagné, lalalalère !

On a gagné mais on a eu peur... et plus d'une fois.
Nicolas se souvient de la visite de Brice dans l'immeuble ou il travaille. Il avait pris peur. Euh non, pas Brice, mais Nicolas, enfin NicolasJ, pas Nicolas... Reprenons, Brice vient visiter un futur possible quartier général de campagne pour le probable candidat Nicolas Sarkozy. Brice n'aura pas croisé la fine fleur de la blogosphère, et l'immeuble ne sera pas choisi. Ouf nous raconte . Dommage pour nous ces lecteurs. On aurait eu sûrement tout plein de petites anecdotes. , , et sont sans doute aussi déçus.

Ici même pas d'anecdotes retentissantes qui resteront à la postérité. Quelques-uns de mes amis et de mes proches m'auront vu z'à la télé. D'autres auront découvert ou redécouvert ce blog à l'occasion de cette campagne. Je pense à Bernard, aux fochiennes et à maman (à qui il faudra que j'explique ce qu'est la baleine sur twitter).

Si notre candidat a toujours cru à sa victoire (normal c'est le Number One), j'ai eu des sueurs froides. Quand Martine Aubry a fait sa déclaration de candidature aux primaires, la totalité (en fait quasi-totalité, je le découvrirai plus tard) de mes camarades locaux l'ont suivi. Forcément le poids d'un éléphant comme Claude Bartolone dans nos environs n'aura pas aidé certains de mes camarades à choisir le camp du vainqueur. 

Lors d'une de nos réunions, après une dont j'avais fait écho, je me retrouvais bien seul, étant même quelque peu charrié... Pour moi Martine Aubry avait réussi à fédérer beaucoup de monde du Parti Socialiste à force de marchandage, comme elle le fera pour les verts (qui appelleront à voter pour elle). J'ai douté un instant, non pas de la qualité de François Hollande mais de sa capacité à sortir des méandres du PS. Il avait été premier secrétaire. Et la conclusion de son mandat au congrès de Reims était désastreux. Je lui en voulais. 

Fallait-il penser que les petits jeux entre éléphants allaient faire gagner leur candidate Martine Aubry. François Hollande en refusant de jouer le parti mais en se projetant sur la primaire ouverte allait remporter la victoire. Et nous à Aulnay, malgré notre petite équipe (avec Bruno ;-)), nous avons remporté le match final malgré quelques difficultés qui font aussi l'histoire du PS.


4 commentaires:

  1. Je n'ai jamais réellement été inquiet pendant les primaires...

    Répondre
  2. Mon commentaire est con, en fait. Je ne me suis décidé à voter aux primaires que lorsque je me suis rendu compte qu'elles étaient un succès... Avant je faisais confiance aux militants. Ce n'est que fin août que je me suis mis à soutenir Hollande et il était déjà grand favori.

    Répondre
    Réponses
    1. Bruno Defait15 mai 2012 11:44

      Dans la petite equipe qui a mené Hollande à la victoire (au diable la modestie), il ne faut pas oublier greg, marie-christne et abdel.

    2. je ne les ai pas oublié. je restais discret. qu'ils en soient remerciés !

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !