dimanche 15 avril 2012

J'ai rencontré la France silencieuse

Ce matin ma nièce m'a réveillé avec un pouet-pouet. C'est un objet qui traîne dans la chambre de mes parents depuis très longtemps. Et comme je tardais à me lever, elle avait reçu la consigne de me sonner les cloches. La veille, j'avais rencontré la France silencieuse. Et comme on avait beaucoup de à se dire, on avait discuté jusqu'à très tôt ce dimanche matin.
Ma France silencieuse avait tant de choses à dire. Le message était clair malgré tout. Elle en avait marre. Pendant que l'on échangeait sur le coût de la vie, dans la salle de danse, le DJ baissait tranquillement le . La France silencieuse voulait parler et se faire entendre. 
Et tous les tralala du président sortant n'y changeait rien, elle ne voterait pas pour lui. Avec ses postures, avec son bilan, avec ses mensonges, la France silencieuse voulait lui faire un bras d'honneur. Le président demandait à ce qu'on l'aide. La seule réponse serait de mieux l'aider à sortir de l'Elysée. A une semaine du premier tour, la France silencieuse se moquait bien des problèmes et des tiraillements des équipes de du président. Elle n'entendait que du vide. 

Sur la route de mon retour en Bretagne, j'avais pris des chemins de traverse, à travers la campagne de Rouen. Les panneaux d'affichage ne sont pas encore tous rempli. Parfois, il n'y avait que celle de François Hollande et celle de Marine Le Pen. La France a semble-t-il fait son choix. Dans mon village, un rigolo a fait rire beaucoup de monde en écrivant "casse-toi, pov' con" sur l'affiche officielle du candidat Sarkozy. La France silencieuse a beaucoup de dérision dans ses poches pleines de marqueurs indélébiles.

Ce matin il faisait beau. Les cousines rigolaient de mon réveil en fanfare. prochain, ce sera mon tour.

1 commentaires:

  1. Apprends à ta nièce à chanter avec le pouet-pouet : "Va-t-en Sarko ! On t'a assez vuvuzela !"
    Non, c'est pas bien d'instrumentaliser les n'enfants !
    Bz

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !