mardi 24 avril 2012

Défilons pour le licenciement de Nicolas Sarkozy

1er mai 2002, nous sommes dans . La place de la République à Paris est remplie d'électeurs orphelins d'un second tour. On avait les poings serrés. Lionel Jospin ne serait jamais président.

1er mai 2012, le président sortant cherche la solution à son désespérant résultat du . Persuadé que l'élection se fera sur sa droite, l'homme devenu monocéphale vient de proposer pour le 1er mai une « fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille» ()

1 million de chômeurs en plus depuis cinq ans, la pauvreté qui augmente, l'école qui ne peut plus remplir son rôle. La révision de l'amortisseur social par le gouvernement Fillon : prendre aux plus pauvres pour mieux protéger les plus riches en choisissant d'augmenter la TVA. Et le président prétentieux veut nous faire croire que lui seul peut protéger les travailleurs. Dans son permanent, son mépris pour les et ses visites arrangées d'usines ou de ne fait que souligner son jeu d'acteur raté.

Le 1er mai 2012, on défile pour la fête du travail et pour le





3 commentaires:

  1. voici l'ambiguité de la valeur travail pour sarko:

    http://2ccr.unblog.fr/2011/04/08/travail-famille-patrieet-petits-mensonges/

    Répondre
  2. Fin du mandat prévu le 6 mai!

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !