dimanche 11 mars 2012

Il a appris ... mais nous avons retenu

En janvier 2007, en regardant le candidat Nicolas Sarkozy lors de son meeting à la porte de Versailles, j'avais été bluffé. Tardivement j'avais compris que l'acte fondateur de la victoire de Nicolas Srkozy  venait de là.
Tout était plutôt réussi. De la réalisation, au déroulement du discours, on comprenait déjà que la bataille serait difficile. Ségolène Royal était déjà la cible de beaucoup de critiques. Et sa campagne ne s'en remettra jamais.

De ce janvier 2007, c'est le sentiment de colère qui prend le dessus, avec la droite qui vole Jaurès, la nation en otage et la promesse d'une réussite qui n'arrivera jamais. Nicolas Sarkozy avait eu un discours fédérateur, le seul avec une vraie tenue de président.

5 années après.

Il n'y a pas eu d'envolée, pas de vision, pas d'ouverture. A Villepinte, il réussit même à faire siffler la salle, à nous faire croire que l'Europe est devenu un boulet. Ses conseillers sont devenus bien aigris. Et lui ne voit plus, n'entend plus sans doute persuadé que la fin s'approche, il brûle ce qui reste de sa majorité.

Vous pouvez aussi lire le compte-rendu de  et sur

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !