dimanche 12 février 2012

Copé, victime d'un déraillement en Chine

Le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande a une "méconnaissance profonde de la nature des relations internationales et en particulier de la Chine", avait affirmé samedi à Pékin Jean-François Copé, raillant des "promesses électorales un peu ridicules"


Jean-François Copé veut exister. Il a un gros problème. Il lorgne avec envie sur ses élections à lui, celle de 2017. Il y croit. Mieux même il s'y prépare. Un temps, il a cru qu'une de Nicolas Sarkozy pouvait le favoriser. Une période d'opposition pour la droite afin de se faire une virginité. Sauf que Nicolas Sarkozy fait du mal, ... même à droite. 

L'UMP va mal. Elle est proche de l'explosion. Et les dernières cartouches du non-candidat sur les deux pseudo-référendums n'ont rien arrangé. François Bayrou attend son heure. Les centristes "humanistes" seront les bienvenus, ose-t-il. 

Alors Jean-François Copé a peur. Et si l'UMP ne survivait à l'élection présidentielle... Que lui resterait-il comme machine de guerre pour sa reconquête ? Alors il doit railler pour tenter de convaincre. Oubliant sans doute les engagements curieux entre et le , il se croit malin de faire le pitre devant la scène internationale. 

Telle une danseuse du Lido, le voilà tout nu sous un jeu d'ombre devant les spectateurs chinois. Il aura beau se cacher avec des plumes, sa sortie sur le candidat français risque de le discréditer pour de bon. Ici on n'a pas oublié les pas de deux de sur le Tibet, alors qu'Angela Merkel ne prenait pas autant de pincette. 

Les chinois savent lire aussi les derniers sondages.

1 commentaire:

  1. Je crois bien aussi que l'UMP ne survivra pas à la défaite de Sarko.

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !