Pages

vendredi 2 décembre 2011

Merkozy et la zone euro

Alors il a parlé, encore une fois. Un vrai de roi de l’esbroufe. Vous avez pu voir chez les blogueurs de gauche comment les promesses du passé étaient passées à .
Je n'ai pas écouté non plus "notre" président devant son pupitre et son carré de militants encartés à l'UMP. J'avais autre chose à faire, comme tenter de rentrer chez moi après une dure journée de travail. J'ai parcouru son discours. Nicolas Sarkozy est à la colle avec Merkel. Ils veulent réformer les . Et comme la France n'a pas les moyens de sa politique (achevons une bonne fois la note AAA), c'est l'Allemagne de Merkel qui écrit le brouillon du futur traité.

Ils ont juste oublié quelques points :
  • La France entre dans un zone d'. Entre les élections présidentielles et la remise en cause du triple AAA, quelles sont les marges de manœuvre des politiques : .
  • L'Allemagne ne se résume pas à Me Merkel. Les dernières élections locales montrent que la CDU est en perte de vitesse. La politique européenne de Me Merkel est surtout une vision interne de la politique de l'Euro, en visant la plus grande compétitivité. Or il faut savoir qu'il n'existe pas de SMIC en Allemagne. Et 1,2 millions de travailleurs allemand sont payés moins de 5euros de l'heure. () Le modèle allemand qui plait tant à Sarkozy pourrait réserver de mauvaises surprises aux salariés français.
  • On veut nous faire croire que l'Europe ne se résume qu'aux deux alliés franco-allemand. La bonne blague, la zone euro regroupe 17 pays. Avant de décider de modifier quelques traités que ce soit, il faudra discuter avec les 15 autres pays qui auront sans doute beaucoup d'amendements à apporter.
Le discours de la seconde chance pour Sarkozy comme pour Merkel a coulé en de .




par

2 commentaires:

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !