samedi 3 décembre 2011

Mal à l'aise


C'est juste une photo. Un petit cliché, sans photoshop, sans mise en scène. C'est une photo d'actualité. Mais elle est tellement parlante, qu'on sent le malaise. L'homme est déjà assis. Ses voisins vont faire de même. Etait-il pressé, pour s'asseoir avant tout le monde ?  Derrière le premier rang, les gens sont toujours debout, en train d'applaudir. Ce monde est-il encore vivant pour lui. On pressent qu'il attend la suite. Le photographe a vu les lèvres pincées. Ce n'est pas un sourire. Non, Jacques Chirac n'a plus de sourire mais un masque.  Les cernes prouvent la fatigue.
Plus encore que la vidéo, la photographie est dangereuse. Elle fige un instant. Et si on n'y prend garde, c'est une vérité ou son travestissement qui sera volé. 
est un blogueur. Comme moi. Il a décidé d'associer un groupe de photographies avec des personnages pour le moins extravagant et celle de Dominique Strauss-Khan. Derrière chaque photo, on trouve la transformation comme une déviance sexuelle. Enfin on imagine. C'était peut-être des clichés pour rire, ou pas ... 
La déviance sexuelle chez DSK est étalée au grand jour. C'était sa vie privée. Maintenant on n'ignore rien de ses gouts, de ses jeux. Ses adversaires et les médias vont user la corde jusqu'au bout. 
C'est lassant.

4 commentaires:

  1. ah ben zut alors, je n'aime pas ton post :)

    Répondre
  2. Non ?
    Qui l'eut cru ?

    Répondre
  3. Terrible photo, elle n'épargne personne, surtout Chirac qui est déjà dans un autre monde.
    Excellent post.

    Répondre
  4. DSK aurait pu se faire discret mais non.
    Le battage médiatique est à la hauteur de sa démesure, du décalage entre l'homme qui se dit de gauche et un train de vie qui fait fi de la gravité terrestre.
    Mais c'est lassant.
    Il a peut-être compris, il s'est désolidarisé de l'autre fou qui vend son bouquin sur France Info et ailleurs.
    Il a peut-être compris qu'on ne veut plus entendre parler de lui.
    Puisse-t-il l'entendre ainsi.

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !