samedi 12 novembre 2011

Les côtes de l'e-chine

« Les socialistes accepteront-ils de radouber la France, avec l’argent « sale » de la Chine ?… » telle est la question de .

le répète « Aucun objectif (du G20) n'a été atteint ». nous rapelle que le chinois a de l'humour en trouvant nos règles sociales obsolètes. Le futur président français devra reprendre l'ouvrage. Il faut une politique économique commune en Europe. Alors que l'Allemagne mène la danse, la France ne peut se permettre de laisser la Chine devenir l'argentier de notre continent, après avoir acheté de la .

Et pourtant leur modèle économique est à mille lieues d'être un modèle pérenne. Les inégalités se font croissantes. La rigidité du pouvoir des capitalistes sous couvert de communisme commence à se faire sentir fortement. Les prix augmentent aussi chez eux. La bulle immobilière et les défauts infrastructures pèsent sur leur développement. Mais surtout l'augmentation du niveau de vie rend plus cher la fabrication de leurs produits. Le patron chinois en vient à ...

Des produits plus chers, des matières premières plus difficiles à exploiter, une croissance mondiale atone, la Chine va devoir payer à son tour. Les européens sont prêts à tout pour favoriser son entrée dans le fond européen de stabilité financière. Nous sommes déjà noyés de breloques chinoises. On se demande ce qu'une plus grande ouverture du marché européen leur apportera.

Nicolas Sarkozy a beaucoup promis sur la régulation des marchés financiers. Maintenant il ne parle plus que de gérer la crise. Son prochain défit (qui est le notre en fait) est la . Les intérêts augmentent déjà. Les préteurs anticipent la dégradation de notre économie. L'Allemagne ne veut pas voir que la zone Euro est mourante. Nos voisins jouent un jeu dangereux. 
 
En mai 2012, dans quel état sera la France pour le futur président ? Si celui-ci est socialiste, il aura à assumer les erreurs de son successeur. (merci à ).

C'est à vous : ,  ,     



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !