mardi 6 septembre 2011

Ma primaire (2), la rencontre qui change tout ?

Je dis ça comme ça, sans rien dire. Si tout va bien, on va être à pouvoir le futur président de la République. Enfin, si tout va bien pour lui. Sinon cela restera dans l'histoire de la famille. D'ailleurs il ne faudrait pas être . La dernière fois que l'on a rencontré une grande dame, j'étais à la ramasse en train de saluer les copains. Et la maman de la petite devait trembler d'émotion ... 

Ainsi donc, on va voir ce que le candidat peut nous dire à nous, les leftblogs. J'en suis à me demander quelles seront mes questions, ou plutôt ma question essentielle. Est-ce le candidat des primaires ? ou le candidat à la présidentielle ? Ce matin en lisant 20 minutes dans le RER, j'ai senti qu'il avait déjà dépassé la primaire pour jouer la présidentielle. C'est sans doute sa force. 

Je l'ai déjà dit ici : je cherche . C'est mon fonctionnement. C'est un choix que j'assume. Le candidat que je soutiendrai aura fait le choix de l'efficacité, pour , pour son mode de . 

On reparle des impôts. C'est une idée pour de l'efficacité fiscale. 

Un responsable politique a dit un jour que l'on pouvait se considérer comme riche à 4000 euros par mois. Tout le monde lui est tombé dessus. C'était le règne de l'argent, avec les sub-primes, les milliards de bonus ou de stock-options, et surtout la garantie du candidat Sarkozy de promouvoir le travail comme valeur absolue. Et maintenant, la réalité a renversé toutes les valeurs sur lesquelles le candidat de la droite avait fait sa campagne en 2007. Même le symbole de l'impôt revient en force. 
Tenez ce matin même sur la radio Europe1, le journaliste faisait un plaidoyer sur l'impôt et les taxes. "Le chacun pour soi a pris le pas sur le collectif, ... en Grèce à force de clientélisme, plus personne ne paye d'impôt". Décidément celui qui appelait les  à venir s'exiler en France en 2008 pour bénéficier d'un meilleur taux d'imposition, ou qui craignait le synonyme de matraquage fiscal en 2009, n'a pas peur de se renier. Mais tout cela fait sans doute le premier acte d'une pièce de théâtre. On prépare l'opinion à des sacrifices, en mettant la pression sur tout . 

Riche à 4000 euros. Sans aucun doute. "Un salarié français à temps complet du secteur privé et semi-public gagne en moyenne2068 euros par mois. Toutefois, l'Insee révèle que 10% des salariés français à temps complet gagne un salaire net mensuel inférieur à 1124 euros. source INSEE"

Maintenant il faut voir ce que le candidat peut nous dire sur la des .


4 commentaires:

  1. La photo est ratée.

    Répondre
  2. Si tu crois que les catégories moyennes qui gagnent 4300 € par mois car souvent, elles sont allées à la Fac jusqu'à 28 ou 30 ans (en faisant des petits boulots) et et qui ne voient pas leur temps d'étude décompté pour leur retraite, vont accepter d'être qualifiées de riches et de voter quand même à gauche,avec le discours que tu tiens, tu te trompes.
    4300 - les charges donne 1 salaire de 3500 net pour travailler jusqu'à 70 ans après avoir fait 12 ans d'études.
    42000 net par an - moins IR = 32800/12 = 3150/mois.
    Un loyer à Paris = 1500 € pour 3 pièces. Il reste 2000 ... ça mérite de se "péter" les joints pendant 12 ans de sa jeunesse ? ça fait de toi un riche ?
    Et le matin, pour faire ton ménage, préparer sa journée et prendre le métro à 7H, l'intéressé se lève quand même à 5h tous les jours ! ...
    ça m'énerve les discours politiques démagogues qui divisent pour régner !
    Quels votes veux-tu attirer ?
    Bonne journée

    Répondre
  3. Les discours démago t'énervent ? Moi aussi.

    Tu fais de ton expérience personnelle, une généralité. On n'est pas plein de thunes à 4000 euro par mois. Mais on est plus riche que la grande majorité des français.

    Tu as la chance de vivre à Paris. Je n'ai jamais dit que ta vie était facile.

    Répondre
  4. Pardonne-moi, je me suis énervée bêtement. J'avais pas dû avoir ma dose de sommeil, ça me rend "conne".
    Tu m'en veux pas ?

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !