samedi 3 septembre 2011

l'infection neurologique de Chirac

Autant le dire ça va buzzer encore ce weekend avec Jacques Chirac comme victime expiatoire.

On apprend par exemple par  que l'on a la "Confirmation d'infection neurologique de J.Chirac sur le ". C'est une triste histoire. On sait que l'ancien président est malade. Cela se murmure un peu partout. En dehors de l'erreur de Julien entre une infection et un affection, on ne peut que plaindre Jacques Chirac. On ne dit pas encore quelle est sa maladie, mais son âge et ses antécédents d'accidents vasculaires peuvent nous faire imaginer que les dégâts seront irrémédiables.

En maintenant ? Jacques Chirac devait se présenter devant la justice pour «abus de confiance, prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics» lorsqu'il était maire de Paris. Ses conseils viennent de demander au juge qu'il soit dispensé de se présenter lui-même au tribunal. Ses avocats devraient le remplacer.

Comme beaucoup de français, je mesure le gâchis de la justice française à demander des comptes 20 ans après les faits incriminés. Que de temps perdu, à force de manœuvres et d'officines. Et maintenant nous voici devant la preuve que cette justice ne servira à rien. L'intérêt de la justice est d'obtenir une obligation de réparation pour les victimes. Le coupable est quant à lui condamné à réparer son crime ou son délit.

Mais là encore que demander à Jacques Chirac ? Quelle serait sa condamnation ? On peut toujours se satisfaire en estimant que l'Histoire jugera sévèrement ce "roi fainéant". Mais la justice ne sera jamais dite. Il n'aura jamais eu à s'expliquer ou à se défendre pour les faits reprochés.

La justice doit être réformée. Un président de la République doit pouvoir être condamné. 

Le principe d’égalité des citoyens devant la loi, qui figure à l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789, implique nécessairement l’égalité des citoyens devant l’application qui est faite de la loi par l’institution judiciaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !