samedi 24 septembre 2011

Le champ d'honneur

Difficile question !
se demande et nous demande si on est prêt à mourrir pour la patrie.

Je n'en sais rien.
Alors c'est toujours la même question que l'on se pose, qu'aurais-je fait à leurs places ?

En 1940, qu'allaient devenir, qu'allaient faire de jeunes mariés après la chute de l'armée française ? Comment savoir ? Deux couples de la même famille et deux parcours si différents. A chaque fois, le sort décidait des choix à faire. Qu'aurions-nous fait à leur place ?

Maintenant, nous vivons sans guerre sur notre sol depuis 66 ans. On a oublié les morts et les blessures. A tel point que lorsqu'un "mort pour la France" revient d'Afghanistan, les familles se plaignent de l'absence de reconnaissance de la patrie.


Plus jeune, en 1994, je fais mon service militaire. La guerre tonnait en Yougoslavie. Un comique troupier du nom de Michel Sardou avait demandé l'envoi des soldats français pour stopper cette guerre. Je l'ai détesté comme la guerre. Un petit merdeux demandait que j'aille me battre. J'ai tout de suite pensé qu'il aille se faire foutre. Le chanteur à l'abri de sa Floride ne demandait pas à ses enfants d'aller se battre. Le con, c'est à la nation qu'il demandait de se battre.

Mourir pour la patrie, je n'en sais rien. La question ne se pose plus, enfin pour l'instant. Je ne sais pas si j'irai mourir pour elle. Mais elle aura besoin de moi pour soigner ses blessés, et ça je saurai le faire.

J'ai lu la plupart des réponses que les blogueurs ont écrites. Pour la majorité d'entre eux, ce sera non. Je ne sais pas si cela me rassure. Ma préférée reste celle de Falconhill :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !