samedi 11 juin 2011

l'ancien hôtel des impôts devient la place des sauvageons à Aulnay sous Bois !

Il y a plusieurs façons de rédiger un billet. Il y a celui qui est réfléchit, qui suit une logique. Il y a celui qui demande de la recherche et/ou de la réflexion. Il y a celui qui vient sur un coup de tête, sur une idée, sur un sentiment. Ce dernier billet est souvent le pire de tous et le meilleur. Il est spontané et forcément en aura les défauts et les qualités.
J'avais besoin de cette petite introduction. Autant dire que j'avais besoin de cela après la soirée qui vient de se passer. Ce soir, c'était LA réunion publique du Sud-Aulnay, en vue de la construction de logement et de services publiques en lieu et place de l'ancien hôtel des impôts.
La salle a été archi-pleine ou trop petite. Et on a beaucoup entendu. Arrivé dans les derniers, j'ai retrouvé les plus éminents blogueurs de cette ville (enfin presque) en fond de salle. La réunion a tout de suite mal commencé. Les invectives ont fusé. Rien n'a été épargné. Certains croyaient faire des beaux mots. D'autres interrompaient les intervenants. 
On a entendu des "on en veut pas", des "combien", des "trop". A aucun moment la présentation n'a pu être audible. Chacun des quatre projets était à chaque fois dénoncé sans que l'on comprenne très bien ce que voulaient les interpellateurs. 
J'ai fini par partir assez tard. Et une fois arrivé à la maison, on m'a demandé ce qu'il s'était passé. Et là j'ai eu honte, pas pour moi, mais pour les adultes en général. Ceux qui dénoncent les sauvageons, qui ne supportent pas les jeunes qui font du bruit. Ceux que rende insupportable l'incivilité telle qu'elle est décrite dans nos collèges. Il fallait les voir se déchaîner, interpeller, s'engueuler même. Certains souriaient devant les pitreries des uns ou des autres. Ils n'étaient pas nombreux mais étaient là pour ruiner cette réunion
Et pour quel résultat ? Jamais ceux-ci n'ont été capables de faire connaître leurs choix. Zéro logement (même pas zéro logement social, non zéro logement). Un stade de foot ! pas de crèches parce qu'à 8h du matin il y aurai des voitures. Pas d'enfant autiste non plus.
Un terrain de friche ! Qu'importe le coup pour la communauté, qu'importe les projets dont ils pourraient être les acteurs. Cela doit rester une friche.
J'ai eu honte d'avoir à expliquer ce soir en famille que des adultes peuvent se montrer aussi peu responsables, sans retenues, sans limites.
Enfin un dernier mot à monsieur Jacques Chaussat, conseiller général de ce canton, et élu municipal d'opposition. Celui-ci m'a dit un jour qu'il venait lire de temps en temps les péripéties de l'auteur de ces lignes. J'imagine que ses vigies sauront lui dire que je pense à lui. Monsieur Chaussat est intervenu dans cette réunion, avec le ton qui lui va si-bien. Il n'a pas été sourd devant les cris et les interventions déplacées. J'aurai aimé qu'il jette un petit coup d’œil derrière lui. Rien que pour montrer à l'assemblée combien sa bonne éducation était mal à l'aise devant des adultes capables d'autant d'impolitesse.
Celui-ci se posait la question du taux de logements sociaux dans la nouvelle structure de 20 à 30 %. Et moi je lui pose aussi  la question. Et vous quel serait votre taux ? Vous avez sans doute un chiffre, alors combien ?

17 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    Répondre
  2. @Aliciabx,
    j'ai supprimé ce commentaire que l'on peut déjà lire sur le blog d'Aliciabx

    Répondre
  3. Evidemment cette réunion était houleuse avec des comportements répréhensibles.
    MAIS n'était ce pas prévisible?
    -Debouts dans une salle surchauffée pendant 3h
    -Découvrir qu'en fait nous sommes là pour choisir, pardonnez moi l'expression, entre la peste et le choléra;
    Cette réunion arrive trop tard, alors que les 4 projets semblent déjà définis.
    Mon choix personnel est clair et je regrette de n'avoir pu approché le micro pour le donner:
    Aulnay et plus particulièrement son sud subit comme jamais l'assaut des promoteurs.
    Les structures explosent: écoles, RER B, pont de la croix blanche et certaines rues saturées.
    Nous avons choisi d'habiter ce quartier justement car il est pavillonnaire et calme. Devrions nous y renoncer et le quitter tant qu'il est encore temps?





    Dans ces conditions, pourquoi densifier encore le tissus urbain?

    Répondre
  4. JEAN LOUIS KARKIDES11 juin 2011 14:37

    Le taux?Au risque de me répéter et surtout de répéter les propos de notre maire :"20 pour cent dans chaque nouvelle construction"
    Ceci permettrait de faire baisser le taux de logements sociaux importants dans notre ville tout en créant une réelle mixité sociale.
    Malheureusement,ce qui se profile urbanistiquement n'est pas à la hauteur des promesses.

    Répondre
  5. @Luc,
    Je suis tout à fait d'accord avec vous pour dire que l'emplacement choisi pour cette réunion n'était pas adpaté.
    Mais les invectives ont commencé dès le début de la réunion et n'ont pas arrêté par la suite.
    Les 4 projets sont des projets mis à discussion. Cela a été rappelé toute la soirée. Et pourtant vous affirmez vous comme d'autre que tout est acté.
    Les forages n'ont pas encore donné leur conclusion. On ignore si le sous-sol peut devenir un parking. Ce sera le premier problème à régler. Alors participons tous aux ateliers, et faites valoir votre parole, vos choix.

    Les promoteurs savent que notre ville est attractive que le tissu urbain peut être densifié. ils sont là pour faire des affaires. c'est à nous de décider quand et ou sont les possibilités.

    Quand à quitter la ville, croyez moi, gardez ses arguments pour vous.

    Répondre
  6. @JLKarides,
    La convention entre la mairie et l’EPFIF spitule une moyenne de 30% sur l'ensemble des construction à venir.
    Rien n’empêche de faire du 15 % pour une construction et du 45% dans une autre.
    Mathématiquement en effet à 20 % dans chaque nouvelle construction on abaisse le taux de logement sociaux si en même temps on détruit des immeubles. N'étant pas spécialiste, je ne peux pas savoir ce qu'il se passe dans toute la ville.

    Mon interrogation sur le taux choisi (20 à 30 %) vise à savoir ce qu'aurait fait le conseiller général Chaussat dans ce projet. Il a dit qu'il aurait aimé savoir le taux choisi, sans donner son avis

    Pour les lecteurs qui n'étaient pas à la réunion, on parle de 45 à 60 logements dont 10 à 20 logements sociaux selon les projets.

    Répondre
  7. David :
    1)"Les 4 projets sont des projets mis à discussion. Cela a été rappelé toute la soirée. Et pourtant vous affirmez vous comme d'autre que tout est acté."
    Je n'ai pas vu d'autres choix à cocher sur la feuille.
    Peut être ai je mal compris car je ne suis pas resté constamment dans la salle.Les ateliers sont ils là pour discuter et faire évoluer 1 des 4 projets? Ou y a t il encore possibilité de proposer tout autre chose? (je reste dubitatif...)
    Pourquoi pas diviser ce terrain en 10 parcelles pour y construire, entre autre, des maisons individuelles et écologiques,une sorte de hameau modèle précurseur qui donnerait une autre image de la ville?
    2)"Quand à quitter la ville, croyez moi, gardez ses arguments pour vous. "
    Je veux bien les garder pour moi, même si , je croyais que votre blog était un lieu d'expression. Juste une chose, sachez que "ses arguments", s'ils s'imposent à moi actuellement, risquent fort de s'imposer à vous ou à vos enfants à l'avenir:
    Ma famille n'a été ni la première ni la dernière à quitter avec regrets et déchirement La rose des vents au bout de 20ans.
    Une chose est certaine, je ne connais pas une seule famille qui y soit restée...
    Cordialement

    Répondre
  8. @LUC,
    Excusez moi si ma dernière phrase peut vous choquer. Mais constamment autour de nous, nous voyons des gens se replier sur eux-même effrayés par l'évolution de notre société. Partir est pour moi fuir en quelque sorte. Et je comprends que vous soyez parti d'un quartier qui ne vous correspondait plus. Vous voulez conserver notre quartier alors allez le dire lors des réunions de quartier.
    J'ai compris que l'on pouvait utiliser un projet, et ensuite picorer d'un projet (une mairie, une crêche, à l'autre pour avoir un projet qui plaise au plus grand nombre.
    Quand à revoir la totalité de la maquette, pourquoi pas ? Mais pour faire quoi ?

    Je suis convaincu qu'il faut du logement dans ce secteur. Il suffit de voir les parcelles qui se divisent pour donner maintenant des terrains minuscules. C'est parce qu'il y a une demande et peu d'offres. C'est toujours intéressant d'un point de vue de propriétaire de voir la valeur de son bien augmenté. Mais pour en faire quoi ? Le vendre et se retrouver à acheter plus cher ? Se rendre compte que sa descendance aura peut-être du mal à se loger dans les mêmes conditions.
    Le lotissement que vous proposez apporterait de la valeur ajoutée au quartier, mais je pense qu'il n'apporterait pas assez de logement.

    J'ai apprécié le projet avec les 5 bâtiments dont 3 sur le bord de la Croix Blanche. Pour ma part je pencherai pour ce genre de projet.

    A nouveau soyez le bienvenue

    Répondre
  9. Merci pour votre invitation.
    1)Là ou je ne suis pas d'accord avec vous c'est
    "Je suis convaincu qu'il faut du logement dans ce secteur"
    Je ne vous connais pas et ne sais pas ou vous habitez.
    pour ma part, c'est AV J Jaures. Le quotidien pour ma femme et moi, c'est RER B bondé tous les jours + bouchons 8 fois par semaine sur le pont de la croix blanche pour amener et ramener les enfants au stade, à Prévert, à l'école de musique, tout ces équipements étant situés de l'autre côte de la ville...
    Notre bonheur, c'est d'habiter dans un quartier calme, aéré, avec de la verdure (plus pour très longtemps car il est question, là aussi, de construire un immeuble en face de chez moi, angle Langevin/J.Jaures), un côté village, sans trop de circulation et de concentration humaine. Comment penser le contraire? Quel est l'intérêt d'apporter des logements? Je ne comprends pas. Expliquez moi!
    Des milliers de franciliens aimeraient aussi habiter Paris. Doit on pour autant y construire autant de gratte ciel qu'il y a de demande?

    2)"C'est toujours intéressant d'un point de vue de propriétaire de voir la valeur de son bien augmenté"
    On n'en demande pas tant!Lorsqu'on achète à Aulnay, c'est pas pour y investir... Juste qu'il ne soit pas dévalorisé par les projets, cela sera déjà très bien!
    Ors, un quartier bétonné, dans le 93, ce n'est pas attractif. Le risque est de faire fuir les classes moyennes, enfin ceux qui le peuvent et de paupériser un peu plus une ville à l'équilibre fragile.

    Répondre
  10. JEAN LOUIS KARKIDES11 juin 2011 22:57

    @David,bien sur que l'on peut varier ce taux si chaque nouvelle construction accepte un peu de logement social en même temps que des accessions à la propriété.
    Mais il faut aussi accepter de ne pas trop "charger la mule".Aulnay a ses limites;on peut construire là où c'est encore possible mais est ce encore possible pour longtemps?
    D'après un élu de l'opposition ,dans le projet Mitry Princet devrait être construit autant de logement qu'à la rose des vents!
    Notre ville est encore agréable car elle est à la fois ouvrière et bourgeoise et c'est pour celà qu'elle reste accueillante.
    J'ai peur qu'en voulant trop la peupler (pour des raisons peut être un peu électoraliste à mon sens),on détruise son histoire,et que l'on fasse fuir une partie de sa population.
    Aulnay n'a pas à elle seule le rôle de désenclaver la proche banlieue,ceci doit être une démarche régionale,voir nationale.

    Répondre
  11. Bonjour,
    J'ai également assisté à la réunion, il est vrai que 4 projets ont été présentés, mais se que vous oubliez de dire c'est que pour chacun d'entre eux il faut modifier le PLU sur la parcelle ! et c'est bien là le problème. La vrai question dans une "démocratie participative" c'est OUI ou NON souhaitez vous modifier le PLU dans le quartier et acceptez vous que l'on construise de petits immeubles?
    Le reste sur les logements sociaux c'est juste pour opposer le Sud contre le Nord les méchants riches contre les gentils pauvres.

    Répondre
  12. @LUC W,
    J'habite la Croix Blanche et comme vous je prends le RER B pour le meilleur comme pour le pire.

    Il faut que l'intérêt que l'on porte à l'urbanisme devienne de plus en plus urgent. En effet si ce n'est pas la puissance publique qui s'en charge ce seront les promoteurs ou même des propriétaires individuels qui se chargeront de façon anarchique de densifier notre ville. Je reviens d'une promenade qui m'a confirmé ce que l'on me rapporte depuis quelques temps.
    Les propriétaires de terrain commence à diviser leur parcelle, à transformer des maisons en apparetments, à loger des familles dans des garages.
    Il faut donc s'interroger sur les moyens que nous avons pour loger dignement la population aulnaysienne.
    Les densifications de la petite couronne n'empêche pas l’attractivité de celle-ci puisqu'elle réduit les distances travail-maison. La ville d'Aulnay va continuer d'être un pôle d'attraction puisqu'elle est encore à portée de bourse pour un investissement raisonnable.

    Répondre
  13. @Jean-Louis,
    La ville subit la pression démographique comme toute l'Ile de France. Je ne crois pas que l'on va pouvoir freiner cela. Voir ma réponse précédente.

    Quand à la question de la politique régionale, ou départementale. Il faudrait aller voir M. Gaudron pour lui expliquer que la loi SRU doit être appliquée partout à Aulnay comme au Raincy chez son ami Raoult.

    à lire sur http://www.liberation.fr/societe/01012338674-logement-social-une-nouvelle-offensive-a-droite-contre-la-loi-sru

    Répondre
  14. @Anonyme,
    Nous somme d'accord pour dire que la modification du PLU ne sera fait que sur cette parcelle et non pas sur l'ensemble du quartier. Cela a été annoncé par Guy Challier, adjoint, lors de cette réunion.

    ce n'est pas ici que vous aurez le loisir de me voir écrire qu'une classe sociale est plus gentille qu'une autre. Dois-je lire comprendre que vous insinuez qu'il y aurait une part de calcul dans ces logements sociaux ? Si c'est cela vous vous trompez.

    Répondre
  15. Evelyne BLAZA12 juin 2011 17:29

    Luc,
    Concernant votre question sur la possibilité de proposer autre chose : la question a été posée lors de la réunion et la réponse a été très claire, c'est non. La discussion ne pourra porter que sur ces 4 implantations qui ne sont en fait que 3 puisque deux sont identiques (variante le nombre de logements).

    Répondre
  16. @Evelyne BLAZA
    C'est bien ce que j'avais cru comprendre, et on voit bien là les limites de la "démocratie participative".
    Et c'est justement ce qui explique certains comportements lors de la réunion (je ne les cautionnent pas)L'impression très désagréable d'être " pris pour des cons"
    @David Burlot
    Je suis complètement d’accord avec votre constat.
    Mais ce que j'attends de la "puissance publique", c'est justement qu'elle montre l'exemple en ne modifiant pas le PLU à la hausse quant ça lui chante mais justement qu'elle modifie ce PLU à la baisse pour éviter cette densification anarchique.

    Répondre
  17. Et puis surtout, ne soyons pas naïf. Ce n'est pas parce que la mairie construira du logement social à grande échelle aux quatre coins de la ville que le problème de la densification anarchique disparaitra; Bien au contraire.
    Si les propriétaire des grandes maisons fuient, ils seront éventuellement remplacés par des "investisseurs" peu scrupuleux qui morcelleront en appartements. Loger la misère est un vrai business lucratif pour certains.
    La solution: Durcir le PLU et montrer l'exemple.

    Répondre

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !