Pages

mardi 30 novembre 2010

Ségolène la logique même





Ségolène Royal est candidate à la candidature. C'est d'une logique. L'ancienne candidate socialiste ne pouvait que renouveller son expérience.

Dans l'ensemble des candidats possibles le vide actuel laissé par Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn ne pouvait que la favoriser.

Sauf que Ségolène Royal a perdu de sa superbe. Sa candidature en 2007 était un forme de rupture de forme.
Elle nous a baladé. Son ordre juste et son verbe acerbe envers son adversaire étaient son moteur. Mais maintenant qu'en reste-t-il ?
Il nous faudra plus que l'anti-sarkozisme pour choisir Ségolène comme candidate de la gauche.


Blog itinérant

wikileaks en a une plus grosse

Et alors.
Les gens de Wikileaks sont tombés sur pleins d'info. A mon avis ils ont juste récupéré les vieux Voici qui trainaient aux toilettes du siège de l'ONU sur lesquels les diplomates se lâchaient pendant leur moment de détente.
Il parait que Sarkozy est susceptible, que Merkel est frileuse. La belle affaire.
J'ignore encore ce que cherchait ce site. Si encore on découvrait une faille cachée, une affaire importante. Si on se rendait compte que la politique américaine était pro-iranienne (!??). Bref cela aurait une vraie valeur dans la révélation.
Si c'est pour savoir ce que pense le premier ministre Turc de Israël, on s'en fout.

Quoique, à entendre les cris d'orfraie des diplomates mais aussi de quelques politiques français, je me demande si wikileaks n'aurait pas entendu parler de Karachi. Sait-on jamais ?

lundi 29 novembre 2010

Le cri du coq en suisse

Les suisses ont remis ça dimanche dernier : une petite votation sur l'expulsion des étrangers coupables de fraudes ou de délits graves. Ils avaient refusé l'élévation de minarets dans leurs montagnes l'an dernier.

A vrai dire, ils font ce qu'ils veulent. Les suisses seront toujours peu regardant sur la façon dont les fonds remplissent leurs banques. Ils se sentent isolés. Leur neutralité les a mis à part dans l'Europe. Si bien que dans leur isolement ils prennent peur de tout.

On peut bien leur faire la morale. Chirac et Sarkozy, en leur temps, nous ont joué la même sérénade que l'actuelle droite suisse. Faire peur, faire croire qu'une solution simple peut régler le problème. On imagine les hordes d'étrangers détroussant les riches, détournant les prestations sociales. Remplacez "hordes d'étrangers "par "jeunes de banlieue", vous verrez ça fonctionne. D'ailleurs la "droite populaire" française commence à se f.

Par contre l'initiative populaire socialiste «pour des impôts équitables» n'a pas été votée par le peuple suisse. Je crois que tout est dit.

Mais que les éléphants se taisent !

et peut-être aussi les journalistes !

N'allez pas croire que je veux remettre en cause certaines libertés fondamentales. Mais qu'est-ce qu'ils me gonflent. Depuis une semaine, c'est à celui ou celle qui en remettra une couche sur les primaires. Aubry-Dominique Strauss-Kahn seraient d'accord sur un accord. Royal dit qu'il n'existe rien. Fabius veut jouer l'arbitre et Delanoë réprimande tout le monde.
Un beau bazar, un bordel exaspérant.
La primaire est morte avant d'avoir commencée. Avec cette constitution, il faut un leader fort. A force de croire les sondages, on est en train de s'inventer un problème. Le dernier en date est du . C'est simple on téléphone et on pose LA question : "Quelle personnalité souhaiteriez-vous voir désignée comme candidat du Parti Socialiste pour l'élection présidentielle de 2012?" et cela sans faire de proposition. Le résultat est facile à donner. A force de répéter que DSK est le plus fort, le sondé donne DSK favori. Non pas que ce soit son choix mais il répéte (in)consciemment ce qu'il entend ou mieux ce qu'il espère pour gagner en 2012.
Les politiques au Parti Socialiste sont agaçants, mais les journalistes avec leur raccourci sont énervants.


crédit image :

dimanche 28 novembre 2010

Le blog à ma femme

Après le message de en direction de ma maman,
J'ai eu une remarque délicieuse de mon épouse,
"Mais c'est quoi ce titre ça veut rien dire, et puis c'est pas français."

D'abord j'écris ce que je veux !
Et puis ce n'est pas à toi qui me sort une expression quotidienne nouvelle depuis 15 ans qui pourra me donner des leçons. Vous n'imaginez pas la richesse des expressions des habitants de la forêt de Loudéac.

Et puis si tu n'es pas de mon avis, tu peux toujours répondre à l'article ou ouvrir ton blog !

samedi 27 novembre 2010

le blog à maman

J'ai reçu un courriel. Une ligne de @chanchan22400.
"peux-tu m'éclairer, nicolas, et yann, c'est qui  ?? . mam"
J'avais déjà dans ma descendance. Voilà que ma maman s'est mise à l'ordinateur 1.0 et surfe sur le net 2.0 (je n'ai jamais cherché à comprendre la différence entre internet et web), et est inscrite sur facebook. Déjà que ma gentille épouse lit mes délires dans mon dos, voilà que ma maman m'a pistée sur mes quelques blogs. 

Ma chère maman, j'écris quelques phrases ici et ailleurs pour faire passer un message, un coup de cœur,  une information, une colère. J'ai quelques lecteurs habitués. J'ai aussi quelques adversaires politiques qui passent voir comment je les égratigne. J'ai la chance d'habiter une ville avec des habitants qui n'arrêtent pas de se plaindre de sa pseudo-absence de vie démocratique mais qui ont une véritable vitalité sur les blogs.

Le blog est-il influent ? Je n'en sais rien. Quand on passe une information c'est au lecteur de se faire une idée. Je crois plutôt que les blogs politiques marquent leurs territoires, histoire de satisfaire leurs amis, leurs militants. C'est aussi faire en sorte de prendre un peu d'espace. Ne pas laisser qu'une seule parole, celle de son adversaire.  Les blogs de gauche font ce qu'il savent de mieux, du bruit. A chaque charge du gouvernement et de son président, les blogs se réveillent et font passer les idées, leurs révoltes. 

Au fait Yann et Nicolas ne sont pas des cousins éloignés, quoique. Il s'agit de deux blogueurs importants par leurs écrits, par leur auditoire. Aussi quand tu vois sur un blog, un nom ou une phrase il s'agit d'un lien sur lequel tu peux cliquer qui va éclairer un peu ce que j'écris. Par exemple je ne suis pas d'accord avec Nicolas sur l'influence des blogs quand il écrit : "" De même je ne suis pas d'accord avec l'ensemble des propos de Yann sur

Ceci est un tutoriel purement informatif, faudrai que je fasse l'effort d'expliquer twitter maintenant. 

vendredi 26 novembre 2010

Burqu'aïe !


Je viens de parcourir mon reader peu digeste ce jour. Même si et ont pris le parti d'en rire (même sérieusement) et que a vraiment la tête en l'air. Seulement il ne faudrait pas lire certains commentaires.
La journée de la jupe est une initiative courageuse (déjà rien que par la date en pleine fraîcheur de novembre). J'ai lu une remarque sur le fait qu'il y a de nombreuses années les femmes se sont battues pour porter le pantalon. Cela laisse songeur sur l'état avancé de notre régression.
Mais forcément les commentaires dérivent à loisir sur la liberté de se couvrir d'une burqua. La burqua ou même le  voile comme la cornette est pour moi le synonyme d'un uniforme voire d'une volonté d'admettre que l'on accepte de livrer son corps et son âme à une croyance. La marque religieuse excessive (j'entends par là qui est remarquable) donne un signe à un interlocuteur sur la conduite de sa pensée. Pire encore la burqua enferme la femme dans un isolement, qui me prétendra qu'il est facile d'adresser la parole à une femme voilée de la sorte ?
J'avais prévu une longue envolée sur la liberté, sur la croyance. Mais tout ceci sera vain. En effet je crois qu'il faut plus que des paroles pour convaincre. Et ce n'est pas ici le lieu pour cela.
Les mentalités doivent changer par l'éducation, par la mise ne place d'une vraie égalité des chances.

Et si la présidentielle de 2012 pouvait aussi être le choix de renouer avec des idées progressistes.

image : ©/Flickr

jeudi 25 novembre 2010

la primaire ou la maternelle

Hier je suis tombé via twitter sur un article du blog de Stef au de la gauche pour la présidentielle. On y apprend que le calendrier des primaires devrait peut-être être avancé. 
Mon sentiment est que la primaire de la gauche ne va servir à rien. En effet, c'est au sein du parti socialiste que va être désigné le futur candidat qui pourrait rassembler les électeurs progressistes, de gauche et d'ailleurs au second tour des élections. Rien n'indique qu'un leader puisse faire jeu égal contre le candidat issu du parti socialiste. On agite déjà le chiffon de 2002, en se disant que la gauche pourrait être divisée en multiples chapelles au premier tour. On oublie que pour l'instant la gauche ,en dehors PS et Europe Ecologie -Les Verts ,est un terrain vague sur lequel rien n'est en construction. Le pari Parti de Gauche veut faire une OPA sur le Parti Communiste. Le NPA et FO sont dans la mouise ou aux abonnés absents. Il suffit de voir la fuite des militants du NPA.
Je m'amuse beaucoup à lire les commentaires éclairés de purs militants de cette gauche, prenant des pincettes pour se boucher le nez à la seule possibilité de la candidature de Dominique Strauss-Kahn. Je sors peut-être d'un burn-out mais il faudra que l'on me montre ou se trouve le leader maximo incontesté de la gauche de la gauche. Il faudrait aussi que l'on m'explique quelles sont les dernières avancées, les dernières victoires de l'extrême gauche. 
Pour en revenir aux primaires, ce n'est pas le calendrier qui est le principal obstacle à la désignation d'un candidat. C'est juste la concurrence entre Dominique Strauss Kahn et Martine Aubry. Et une fois leur choix fait, la primaire ne servira à rien d'autre qu'à valider le candidat restant. 
Le seul intérêt de ce flou est comme le dit "ll'UMP ne sait pas trop sur qui taper et se disperse dans ses commentaires et critiques". Le parti socialiste dont on attend aussi la trame programmatique est de son coté beaucoup plus tranquille.
Alors la primaire, je m'en fous mais j'irai voter !

La manipulation et le mépris

Il parait que l'auvergnat-rebeu-UMP n'est pas content. Il l'a écrit dans un livre. Il serait mécontent de Nicolas Sarkozy. Pire même il serait maintenant repenti. C'est le titre de son bouquin "Confessions d'un sarkozyste repenti." Amine Bénéalia-Brouch a quitté l'UMP pour rejoindre Dominique de Villepin (qui est toujours à l'UMP, lui !!!)

Amine Bénéalia-Brouch a été la caution de la fameuse blagounette de Brice Hortefeux. "Quand il y en a un ça va, c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes".

Alors bien sûr à l'UMP, on a sorti la grosse artillerie. Alors savoir comment je suis tombé sur la page , porte parole du part présidentiel. Dominique Paillé est un peu le porte flingue de ce parti depuis le départ de Frédéric Lefebvre au gouvernement. Dominique est connu pour sur Ségolène Royal.

Dominique Paillé " ne veux pas mépriser ce garçon et (il) pense que toute personne manipulable est méprisable". Il aurait du se relire parce que c'est le manipulateur qui est méprisable. Le manipulé est seulement une victime, un peu comme Amine.

Le connard en kilt

C'est la
Il y aura bien un connard ou deux qui se demandera si Fadela va en porter une. Tiens je fais parti de l'équipage nommé précédemment.
Sinon par hasard  vers la Comtesse, qui raconte sa vie légère de jeune fille. Mais un jour elle a et c'était dans ma ville.

mercredi 24 novembre 2010

Fillon, la reine du jeu d'échec

J'apprends aujourd'hui que Dominique Strauss-Kahn est donné dans les derniers sondages sur la prochaine présidentielle. Elle se déroule dans 17 mois, c'est long. DSK sera président sauf que rien n'est joué.
Il y a forcément une différence entre une opinion actuelle sur le sortant de l'Elysée et les intentions de vote. J'ai toujours été convaincu du suivisme d'une bonne partie de l'électorat à droite. Nicolas Sarkozy peut être conspué par la population, il lui restera toujours un gros bataillon de fidèles, d'affidés.

Autant l'électeur de gauche est grognon par habitude et jemenfoutiste de nature, autant l'électeur (historique) de droite est royaliste. La seule présence d'un chef est nécessaire à droite pour qu'il puisse avoir un plancher de votant. Tandis qu'à gauche, la raison n'est pas toujours celle qui va vers l'isoloir. J'en connais qui ont préféré rester au bistro plutôt que d'aller voter. D'autres étaient en vacances en 2002, malgré des messages de RG bien informés.

En 1995, Balladur est archi favori. La gauche (surtout le Parti Socialiste), après sa branlée de 1993, est totalement déconfite. On attend à ce moment-là un leader, ce serait Jacques Delors. Il était donné grand favori même devant Balladur. Sauf qu'. Alors Dominique Strauss-Kahn sera-t-il le futur Delors de la gauche ?

En 2012, rien ne peut dire que le scénario qui semble se profiler sera celui tant attendu.
J'ai la certitude que François Fillon est la pièce maîtresse de la future campagne de l'UMP, Pourrait-il être un candidat dissident ? 
Je suis persuadé que l'on doit affronter la politique de Nicolas Sarkozy. Il ne faut pas oublier son premier ministre, interprète et non figurant des choix gouvernementaux.

mes 204 marches


J'ai encore lu de ci de là qu'il eût fallu moins de 204 marches pour que tout changeât. Ou plutôt que Rien ne changeât. Le conservatisme était de mise. 204 marches : ce n'est pas beaucoup mais c'est toujours suffisant. D'ailleurs rien qu'une seule marche et tout change.
Les élections sont bien passées, à Aulnay Sous Bois comme en France. Certains le regrettent, d'autres non. Certains combattent le pouvoir en place au nom de leurs valeurs, c'est normal. On peut, on doit pouvoir s'opposer.
Moi j'ai pris le sens de la marche. Je peux me tromper. D'autres ont pris le sens de la descente. Ont-ils tort ?
On verra bien un jour si la descente se fait en marche arrière, ou si je tombe en montant. 


Photo montage de Erik Johansson 


C'est bien aussi pour cela que 2012 ne sera pas , ou des politiques. Mais là je m'écarte de mon propos. Attention à la marche !

samedi 20 novembre 2010

Sarkozy ne changera jamais

Le ton posé, le ton mesuré, c'est à nouveau du passé.
Bon d'accord ça date déjà un peu.
Mais à lire ça,



envoyé par . -

via

Côtelette sur la cote

Mon camarade Arnaud Montebourg va se présenter à la primaire pour la présidentielle 2012 organisée par le parti socialiste. Un candidat à la candidature en plus.
Bien sûr il a un plan média, une peu de promo à faire, un buzz pourquoi pas. Comme tout candidat il a écrit un livre dont le quotidien Libération reprend ce matin.

Zut alors, les aïeux de Montebourg, charcutiers de profession, vendaient de la cote de porc. Il faut croire qu'ils ne connaissaient pas la Bretagne pour avoir cette devise :
«Si tu es dans les côtes de porc, tu peux pas aller dans les Côtes-du-Nord
Je n'ai rien compris à cette phrase. Il ne me reste plus qu'à acheter le bouquin : «Des idées et des rêves», Flammarion, 337 pp., 20 euros.


vendredi 19 novembre 2010

CDG express à travers la cité des morts

Dans une autre vie, j'ai beaucoup voyagé. J'ai commencé par un livre puis un autre. Je crois que j'ai commencé à foutre en l'air mon sommeil à ce moment-là. Et puis j'ai enfin pu profiter d'une vie extérieure. Mon voyage s'est porté vers l'étranger. Cela a toujours été des concours de circonstances familiales ou professionnelles. La qualité des voyages est aussi liée à l'épaisseur du porte-monnaie. Je ne remercierai jamais assez ceux qui m'ont poussé à partir ou ceux qui m'ont accueilli.
Une fois installé dans la vie, on voyage différemment. Une rencontre, un déménagement, un nouveau travail et tout est à construire. Aujourd'hui je voyage beaucoup assis.
Je garde au fond de moi quelques souvenirs, et de temps en temps, ils me reviennent. Une photo, une remarque, même une odeur, et ce souvenir enfoui remonte.
Aujourd'hui je voudrai vous parler du Caire, capitale de l'Égypte, ou plutôt d'un quartier la cité des morts. C'est une ville dans la ville, non loin du centre. Je l'ai traversé un jour. J'ai vu ces enclos qui étaient auparavant des tombes. J'ai bien dit enclos puisque chaque tombe est entouré d'un mur plus ou haut. La surface est variable et non négligeable. La cité des morts est habitée, par ses morts mais aussi par un nombre incroyable d'habitants. La pression démographique égyptienne et la pauvreté extrême ont poussé des familles à venir s'installer au milieu des morts. Pour en savoir un peu plus je vous conseille les lectures chez et chez . La photo d'illustration provient du portfolio de

Maintenant que je vous ai promené, je vais vous dire ou je voulais vous emmener. J'ai traversé la cité des morts pour aller visiter une communauté copte à proximité du centre du Caire. La voie express était en travaux. Ce n'était pas la qualité "relative" de l'enrobé des routes égyptiennes qui était de corvée. Les ouvriers posaient des murs, des murs d'enceinte pour "effacer" la vue de la cité des morts aux touristes qui prenaient cette route express. Je n'ai pas pu malheureusement prendre de photos. C'était le temps 0.01 du numérique. Et pourtant j'ai encore ce souvenir de cette perspective, de cette profondeur de champ. Des panneaux immenses, cote à cote, formaient un couloir sans fin. La lumière du soleil, la poussière et cette couleur de la terre m'avait frappé.

J'ai lu que le projet du CDG Express, , était réactualisé Un commentaire . Je me fous de savoir qu'un voyageur de Roissy doit prendre ou non le RER B. D'ailleurs de quels voyageurs parle-t-on ? 
De l'homme d'affaire qui de toute façon prendra un taxi !
Du touriste fortuné qui de toute façon prendra un taxi aussi !
Du touriste qui va découvrir une si belle ville Paris, mais qui va devoir prendre les transport en commun.

Je ne veux pas que l'on cache la misère. Elle est là à chaque coin de rue. Le confort du voyageur doit être le même qu'il habite la banlieue, ou qu'il vienne d'ailleurs. Nous serions capable de dépenser autant d'argent pour une vitrine. Les mêmes seront capables d'accuser les pouvoirs publics de gabegie.

J'ai pu me rendre compte de la misère de la cité des morts, ami voyageur je te souhaite la bienvenue dans le 93.

jeudi 18 novembre 2010

Le Sarkozistan : le livre !

Le tout premier livre d'@rrêt sur images paraîtra le 1er décembre.
Vous pouvez le commander sur le site

"Une nomenklatura qui jouit de nombreux passe-droits, une Justice aux ordres, une police secrète paranoïaque, et évidemment des médias silencieux : bienvenue au Sarkozistan, étrange et fascinant Etat voyou. Certains de vos proches refusent encore sûrement de croire que nous sommes désormais au Sarkozistan. Plutôt que de vous épuiser à les convaincre dans les repas de fin d'année, offrez-leur Crise au Sarkozistan. Vous les verrez partagés entre le rire et l'effarement.
Pour feuilleter le premier chapitre du livre, !
Commandez-le dès maintenant au prix de 10 € (hors frais de port*) !
Et si vous souhaitez offrir largement Crise au Sarkozistan autour de vous, vous avez la possibilité, jusqu'au 1er décembre, d'en commander 4 pour le prix de 3, soit 30 € (hors frais de port*)."
Daniel Schneidermann


PS : je vous signale la création d'un compte twitter : et d'une page facebook

mercredi 17 novembre 2010

Demain je tourne à droite

Mais non !
Ce n'est pas ce que vous pensez. Je ne vais pas virer ma cuti. J'ai déjà essayé une fois en 2002. J'aurai mieux fait de rester chez moi. Vraiment je regrette. Et l'autre qui avait promis un , quelle douche ai-je pu prendre !
Non sans façon, et d'ailleurs depuis hier soir et l'intervention télévisée du on est loin d'être sans dessus dessous. Il a parlé certes, mais . J'ai bien compris que l'on allait avoir une suppression de l'ISF-Bouclier fiscal. C'est le prix d'une harmonie fiscale avec l'Allemagne pour "garder des emplois, de l'industrie  en France" (sic). Avec ça on va déplacer les foules mais à nouveau dans la rue.

Bref pour tourner à droite il ne reste plus qu'à prendre son vélo. Et oui à partir d'aujourd'hui et selon décisions du maire , il va être possible de griller un feu pour tourner à droite.
Et pourquoi pas à gauche ? On a vraiment un gouvernement petit bourgois qui veut obliger les villes de gôche à appliquer des codes très orientés. On avait déjà la priorité à droite, la priorité aux femmes enceintes, à la vieille dame, aux piètons. Maintenant même le rouge peut être grillé. Aucun respect pour les Institutions. 

Moi je demande à ce que les feux deviennent tous roses, vive l'amour ! 

PS : une erreur s'est glissée sur cette photo : et oui la mercedes n'a pas le droit de se garer ici !



Sauvons Waleed Al-Husseini

Hier je vous parlais rapidement d'un blogueur palestinien arrêté pour cause d'athéisme mais plus particulièrement parce qu'il avait critiqué l'islam.
Je vous informe qu'un groupe facebook s'est constitué sur cette page :


Le peu d'écho rencontré dans les médias sur cette affaire n'est guère étonnant. Qui s'intéresse du devenir d'un jeune palestinien, coiffeur de son état, mais surtout blogueur et athée. Sa critique de l'islam, religion prédominante de sa société, mais aussi du christianisme ou du judaïsme doit être respectée pour ce qu'elle est  : une affaire de liberté.

mardi 16 novembre 2010

Vide

Ou vidé.
C'est le sentiment que l'on a après avoir passé 90 minutes avec le président Nicolas Sarkozy.
J'avoue avoir zappé un peu, il faut bien manger un peu. Comme quoi le président ne porte pas encore sur tous les estomacs.
Mais quelle bouillie ! Je n'arrive pas à me dire si ce sont les intervieweurs Chazal, Denisot et Pujadas qui étaient mauvais à ce point. Sinon ce serait les affirmations de Sarkozy.
De ce point on aura tout eu. Et surtout il a essayé de ne pas se renier.

Mais après ce genre d'exercice de com' il fragilise encore un peu plus son tout nouveau gouvernement.

Il lui reste 18 mois. A nous aussi.

Blog itinérant

Un blogueur athée palestinien

Un blogueur athée palestinien arrêté
Je vous conseille de lire cet article du site :
(publié le 16/11/2010)


L'obscurantisme de certaines sociétés associé avec un état policier permet ce genre de situation. Un blogueur exprimant ses doutes sur l'orientation spirituelle, culturelle et politique forcément est arrêté.
Sans doute ses propos étaient si gênants pour les pouvoirs en place qu'il fallait stopper cette parole libre.

Mais j'y reviendrai.



dimanche 14 novembre 2010

Fillon président

A l'heure ou je vous écris la France n'a pas de gouvernement. Mais elle a un ancien nouveau premier ministre Francois Fillon.
Et je pressent déjà la future orientation des commentateurs politiques. François Fillon sera-t-il le nouveau Balladur. Physiquement rien a voir mais politiquement les hommes se ressemblent.

Deux hommes de droite assumés mais cherchant un faux semblant de consensus. Un allié en difficulté même si les situations de Chirac 1993-1995 ne ressemble pas à celle de Sarkozy 2007-2010.
Mais comme la France adore se faire peur avec la cohabitation. Je suis certain que tout le monde va regarder avec intérêt et gourmandise les relations entre le premier ministre Fillon et le président Sarkozy.
En attendant on attend encore les derniers larrons de cette équipe.


Blog itinérant

Claqué

Hein ! avec un accent dans le titre.

Le gouvernement Fillon number II,III, IV ??? n'est plus. Il est mort hier soir à deux pas des Il faut dire que depuis peu on savait qu'il n'allait pas très bien. La réforme des retraites l'avait touché en plein front.  Les discussions sur l'ISF et la renonciation au bouclier fiscal prend aussi Au centre de tout Borloo, même recoiffé, avait été très centriste, ne prenant acte de .
Les autres poids lourds du gouvernement sont tous plein de casserole. Hortefeux et ses écoutes légales illégales, Alliot Marie et ses atermoiements avec Bettencourt, Woerth qui n'existe plus, Yade et ses , Kouchner et sa démission avortée.Trois années si longues à ne rien décider puisque tout se passe au château. 
Il parait le nouveau gouvernement est pour ce dimanche. Pourquoi pas ? Cela m'étonnerai que cela provoque des débats passionnés lors des repas de famille. Le président Sarkozy va sans doute sortir une carte de chapeau. Celle qui va détourner l'attention quelques heures, et faire oublier un instant que l'on reprend les mêmes, faute de mieux.
Qui sera-t-elle ? Une femme, de la société civile, plutôt jeune et jolie. Ou un vieux baron, ancien premier ministre comme Juppé ? Moi j'ai ma préférence.
Sinon je viens de lire que Rien d'étonnant, il devrait être hospitalisé pour faire une cure de sommeil.

Enfin cette nuit ça a encore claqué, ma réparation de ce foutu  est à revoir.

samedi 13 novembre 2010

Petite taquinerie sans importance

J'apprends avec grande joie et un profond bonheur que l'UMP d'Aulnay Sous Bois et de Pavillon Sous Bois renouvelle ses cadres. Je me permet de féliciter . On apprend de source sûre (et oui) que les instances de l'Union pour un Mouvement Populaire a fortement renouvelé, rajeuni, et féminisé ses cadres. 
Comme je suis un garçon curieux, j'ai donc cherché à en savoir un peu plus sur ce mouvement qui voudrait nous montrer l'exemple. Une visite sur le site de l' et j'apprends que M. Gaudron est t. Par contre je n'apprendrai rien sur ce fameux renouvellement. Alors si vous avez une source, n'hésitez pas à vous signaler.

La de Benjamin Lancar est très bien engagée. Peut-être que Eric Raoult, président de la fédération de Seine Saint-Denis devrait passer plus de temps dans sa fédération, et moins se poser de .

Mais j'arrête là, je crois qu'un .

Je voudrai en profiter pour faire une petite promotion pour mon voisin de pallier Aulnay Autrement.  Je voudrai le remercier suite à l'intéressante visite matinale de notre ministre de l'enseignement supérieur Valérie Pécresse. Sa promenade au commissariat d'Aulnay Sous Bois a été saluée par notre député. Nous reconnaissons la , sans fioriture de Gérard Gaudron ou celle d' qui pour une fois n'a pas eu besoin de recopier l'article du Parisien.

Tête de bergère

On a tous et toutes nos petites manies. Moi j'adore celle de mon samedi matin. Un lever assez tôt pour saluer les compères sur . Allez savoir pourquoi ce sont les mecs qui trustent cette liste. Les mecs sont de vraies commères en fait. J'attends que les filles se réveillent .
Dès 8 heures, il faut en être, direction la presse et le petit dèj. En ce moment dès que j'ai un peu de retard, un chenapan me grille la politesse et je me retrouve sans Libération et Le Figaro. Je soupçonne quelqu'un du quartier, mais on verra ça plus tard.
L'édito du Figaro Magazine est pour le lecteur de gôôôôche une épreuve qu'il faudrait rendre obligatoire. Cher ami tu doutes de tes combats, lis le Fig Mag. Tu penses que la frontière entre droite et gauche n'existe pas, lis le Fig Mag. 
Bien sûr le courrier des lecteurs est un summun de bon goût, franchouillard, lanti-social, anti-prof, anti-état, anti-fonctionnaire, bref anti tout à gauche de Bayrou (et encore).
Mais celui qui donne le "la", cette petite note qui parcourt l'ensemble du magazine c'est l'édito d'Alexis Brezet le directeur de la rédaction. Plus sarkozyste que Sarkozy, libéral mais tout aussi conservateur, et parfois même patriotique. Cet homme amuse mon samedi matin. 
Mais ce matin, il y avait un telle bouillie dans son papier, que j'ai abandonné sa lecture en cours de route. Trop fatigué. Il faut croire que la posture de Sarkozy en descendant directe de De Gaulle ne m'a pas amusé. Ecrire autant d'invraisemblance mériterait un Goncourt.

Et comme je n'ai pas de chance, je vais encore louper la au Kremlin. Tout ça pour une tête de bergère qui s'est fait la malle cette nuit. Le vent ça claque.

jeudi 11 novembre 2010

Le clown triste

J'avais décidé de parler d'autre chose. Le 11 novembre sera pour Nicolas Sarkozy un jour de commémoration :
  • l'armistice, 
  • l'hommage aux jeunes résistants,
  • l'inauguration du .
L'hommage aux jeunes lycéens et étudiants n'a bien sûr rien à voir avec la façon dont les caciques de la droite républicaine ont traîté les jeunes manifestants contre la réforme des rétraites.

J'avais décidé donc décidé de lire un peu ce matin. Un gros pavé qui est arrivé dans mon fourre-tout 2.0. Le parti socialiste travaille et "les grandes orientations politiques des socialistes pour construire une société basée sur l’égalité réelle entre les citoyens". 

Un première critique : c'est un ensemble données et de propositions assez disparates, de l'éducation au logement, en passant par la santé. Si l'égalité des chances est un vrai défi, une simplification textuelle aurait peut-être été la bienvenue. La seconde critique est bien sûr l'absence de chiffrage. Mais comme il s'agit de "grandes orientations", je veux bien admettre qu'il y aura sans doute dans un programme présidentiel et législatifs des priorités dans chacune des orientations. 

Il y a donc le texte et ce que l'on en lit. Les petites phrases de deux trois barons ont au moins permis à quelques journalistes politiques de se réjouir d'une probable bataille entre la rive droite et la rive gauche du Parti Socialiste. Devant les propos de Valls ou celle de Coulomb, la majorité des militants sont plutôt consternés de devoir encore les subir. Saint Fillon, devant votre père Nicolas, faites que ceux-ci deviennent vos protégés ! 

Pour finir, j'ai parcouru la ce matin ou la première marche est tenue par et son "  A lire sa conclusion sur "une sociale-démocratie qui n’en finit pas de merdouiller, de produire du chômage et des pauvres, un état omniprésent qui a foiré tout ce qu’il a touché depuis la santé jusqu’à la retraite, le Parti Socialiste du XXIème Siècle nous propose … plus de sociale-démocratie, plus d’état omniprésent, et, conséquemment, plus d’impôts."
Et là je me dis que quand ça fait mal comme ça, le remède est sans doute mieux qu'il n'y parait.

mercredi 10 novembre 2010

les Z'élements de langage et la speakerine

C'est un matin comme un autre. Un petit café, le Libération du jour, et le ronron du journal continu de iTélé. Je prends mon temps, je passe quelques informations. Je cherche aussi un peu l'air du temps afin de remplir un nouvelle case sur ce foutu blog. J'en étais là dans mes pensées en me resservant du café.
Du retour de la cuisine j'entends une discussion entre commentateurs avertis du petit écran, les Ménard-Askolovitch. est commentée mais sans plus. On attend le buzz sur iTélé. Pour l'instant ça tourne en boucle sur France-Info, en attendant le papier du Monde cet après-midi. 
Les commentateurs ne peuvent que commenter les explications de qui n'en sait rien de rien sur l'Affaire. 
Alors faisons un petit rappel. Un journaliste enquête, publie les éléments d'une affaire. Les Renseignements Généraux font aussi une enquête mais uniquement sur le journaliste, à partir des listings téléphoniques fourni par un opérateur. C'est interdit. Ce sont les services de Matignon qui viennent de le rappeler au ministère de l'intérieur.
Jean-François Copé ne sait rien de rien. Tant Pis. 
De retour sur iTélé, il faut bien conclure cet épisode. Le maître de cérémonie est Olivier Galzi. Il a un rôle ingrat. Il est là pour passer les plats entre les Ménard-Askolovitch. Et puis il ne faudrait pas louper l'heure du flash info. Alors il conclut cette non-discussion en excusant Jean-François Copé, surpris par cette question, n'ayant pas encore d'éléments de langage
Hého Galzi, t'es journaliste. C'est à toi d'aller chercher l'information. Si pour toi le journalisme c'est juste de donner la parole à des éléments de langage, rend ta carte de presse, et devient speakerine.
En attendant mon café est devenu froid, j'aime pas ça. Il me donne des aigreurs.
crédit photo :

samedi 6 novembre 2010

mon olivier me prend pour une queue de cerise

Un jour j'ai eu un petit olivier. Je venais d'arriver dans ma nouvelle ville. C'était aussi un peu une nouvelle vie, avec une maison et un jardin. J'aime bien les oliviers. C'est un peu comme les , on y attache un peu de . Pour d'autres ce sont des .

J'ai donc eu un petit olivier que j'ai acheté en pot, en promo. Il faisait 25 à 30 centimètres de haut. C'était un achat compulsif. Du coup j'ai été un peu emmerdé quand je l'ai ramené. Je ne savais pas quoi en faire. Alors je l'ai planté, là ou j'avais enlevé des sapins de noël.

J'ai encore culpabilisé en me disant que la météo, le froid, la pluie allaient le faire souffrir, mourir. Il a eu ses jours de gloire quand j'ai changé ma haie devant notre maison. Nombreux étaient les passants qui faisaient des commentaires sur le petit olivier. Mais la haie a grandi, plus vite que mon olivier. Une haie c'est efficace, c'est laborieux. Ca pousse sans refléchir au temps qu'il fait. L'olivier prend son temps. Il sait qu'il est là pour durer. 

Il y a cinq ou six ans j'ai acheté un olivier. Il a grandi. Cette année il est un peu plus grand que la haie. Il commence à trainer là sa majesté. Il n'est pas comme les explantés replantés chez les bourgeois qui snobent les ruraux avec leur immense tronc. Non il a décidé d'être tout en longueur.

Au printemps j'ai bien remarqué qu'il avait changé. Il offrait quelques fleurs. Et pourtant l'hiver dernier il avait eu si froid, et tant de neige et de glace. Mais il fallait croire que je m'étais trompé, c'était un olivier du nord. J'ai consulté, disséqué. Autant miser sur une queue de cerise, je ne pouvais pas avoir d'olives. Je n'ai rien dit à l'olivier. Tout seul dans son coin, loin de ses copains, il eusse fallu qu'il soit . Bref je l'ai laissé tranquille.

Et puis un matin, que je ramassais les restes du canin de la famille, j'ai vue des glandes, minuscules. Pas une, ni deux mais une bonne poignée. Me voilà avec des olives vertes. Depuis quelques jours de vertes elles prennent une couleur violettes. Du coup je suis bien ennuyé, faudra penser à les cueillir. Et les ramener à la pour remercier qui m'a fait de la retape ces derniers jours.

Et la chute. J'ai appelé le paternel, qui a déjà anticipé le réchauffement climatique de la côte nord de la Bretagne. On mange du raisin, des abricots, des pêches depuis longtemps déjà. Pour le décor, il a planté un palmier, et un olivier cette année. Il n'a pas le côté artisanal. C'est plutôt de l'industriel efficace à moindre cout.
J'en étais à lui expliquer que mon olivier tout seul dans son coin élevait des olives aussi fièrement que son proprio. Quand j'ai eu une nouvelle surprise, il y aussi des olives dans les Côtes d'Armor. On est foutu.

PS : dans de notre ville d'Aulnay Sous Bois, je tiens à inscrire l'olivier de la Croix Blanche

vendredi 5 novembre 2010

Le RSA pour le jeune qui travaille

Comme je suis taquin de nature, je ne peux m'empêcher de vous (re)parler de mon député Gérard Gaudron, qui travaille à l'Assemblée Nationale, dans le groupe UMP.
Au sein de la Commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire, on planchait mercredi 3 novembre 2010 sur le s

Monsieur Gaudron est intervenu pour nous dire tout le bien qu'il pense de l'orientation du Revenu de Solidarité Active.
Tout d’abord, depuis le 1er septembre dernier, le RSA est généralisé à tous les actifs de moins de 25 ans. Notre majorité a relevé le défi de la réforme des minima sociaux, qui s’est traduite par la mise en place du RSA. Dès 2011, celui-ci s’appliquera aussi dans les départements et certaines collectivités d’outre-mer.
Sans reprendre le débat sur la mise en place du RSA, je rappelle que sa vocation première consiste à permettre le cumul du revenu du travail et des prestations de solidarité, dans le but clairement affiché de rendre l’assistanat moins attractif.
Sauf que, ... il y a toujours une ou deux conditions.  Le RSA jeunes est réservé aux moins de 25 ans ayant travaillé deux années (temps plein) sur une période de trois ans. Mais cela n'est pas dit par le député. 
Il est bon de lui rappeler que la Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques (DARES) vient de publier une étude sur l'emploi et le chômage des 15-29 ans en 2009. .
On y apprend entre autre 30 % d'une classe d'âge est au chômage dans les zones urbaines sensibles (ZUS).


Les jeunes d'Aulnay Sous Bois seront donc heureux d'apprendre que le RSA est ouvert à tous sous condition qu'ils aient un peu de travail ...


Merci à Michel Abhervé

Halloween n'aura pas lieu

Malgré le temps plus ou moins clément de ces derniers jours, je trouve que le mois de novembre est un mois de transition. La rentrée est déjà, les fêtes ne sont pas encore à l'esprit.
Et puis il y a Toussaint, qui n'en finit plus.
Du coup en me retournant j'ai recherché vers une vieille lune .
Allez je ressors pour trouver un peu d'air et d'inspiration.

mercredi 3 novembre 2010

Grognognon

En rentrant ce soir avec le RER B,
Je n'étais pas très content.
Mon appli coulait plus vite,
Bien plus qu'un qu'un morceau de citron dans un ti-punch.

Concentré sur le smarphone qui commence à me lasser,
Je n'avais pas vu que le RER était à l'arrêt.
Yael Naïm me disait d'
Moi je cherchais plutôt un cap.

C'est mon voisin qui m'a réveillé.
Celui assis avec des jeunes filles.
L'homme commencait à vociférer.
Il ne comprenait rien à la hifi dans le wagon.

C'est là que j'ai laché mon .
Victoria Lazlo
Là je me disais que décidement
J'étais plus à l'aise sur le canal que devant un compas.

Et le conducteur de train annoncait
Dans son micro,
Que des individus
Se promenaient ... là on n'a rien compris.

Il faut dire que mon grognognom
Peu amène sur l'état du conducteur
Se lachait grossièrement
Devant les jeunes filles gênées.

Ainsi va la vie.
Dès qu'une poulie grince un peu,
Il y a toujours un mécontent qui connait mieux la vie.
Vous savez celui qui explique tel un expert devant un verre.

Dans notre RER qui redemarre au ralenti,
Je me posais la question.
Entre mon grognognon et moi-même,
Lequel des deux est celui qui subit la situation ?

mardi 2 novembre 2010

Monsieur l'ambassadeur d'IRAN

Monsieur l’ambassadeur de la République Islamique d’Iran,
Je ne vous connais pas.
Je ne connais pas madame Sakineh Mohammadi-Ashtiani.
Elle pourrait mourir demain mercredi.
Cette femme doit vivre.

fax de l'ambassade d'Iran à Paris : 0140700157