Pages

dimanche 31 octobre 2010

Rejoignez-moi sur Facebook

J'étais là tranquille.
Quand  passa par chez moi.

Je sortais à peine de mon dimanche de dépannage, de cuisine pour la belle famille, de course du rhum et enfin de partie de byclicette.

Autant dire la journée était bien avancé, mais pas mon alcoolémie.

Comme on ne se refait pas, j'ai été contrôler le bordel sur mes blogs. Trois messages identiques du facebook de Madame Blabla.

L'histoire sera courte. Une fille de 8 ans veut son facebook pour discuter avec ses grands parents bretons connectés (eux aussi !). Devant notre refus, elle a piraté le compte de sa maman, et fait un peu le tour de son compte.

Brave petite, les grognons que j'ai croisé en vélo et qui déblatérait sur mon "mentor" au bord du canal, ont du mouron à se faire. Je crois que la prochaine génération sera aussi féroce que les trois précédentes.

Mais il va falloir qu'elle crie fort, la gamine. Parce que sur le canal, ils gueulaient fort les vieux !

samedi 30 octobre 2010

Les journalistes de Ouest-France nous écrivent

Ils ne sont pas contents.
J'ai mis une semaine à m'en apercevoir. Il faut dire que le premier quotidien régional français Ouest-France n'est pas distribué à Aulnay Sous Bois.

Pour ceux qui me suivent, Ouest-France a été longtemps le quotidien de la famille. Du local, des photos de l'équipe de foot de Meslin, les noces d'or à Plessala, ou la fête de l'amicale laïque de Planguenoual. Pas trop de trash, pas de people chez les ruraux.
Pour le monde, la France, la région ou le département, c'est plutôt le fait-divers qui priment.
Pour l'opinion, il suffit de lire l'analyse du samedi ou le courrier des lecteurs. Du centre droit ou du centre mou, c'est selon ta sensibilité. Pas de vagues, pas de problèmes. 
De temps en temps, il y a bien une envolée, mais surtout droitdelhommiste. Mais en même temps pas trop non plus. Critiquer l'étranger quand ça déconne chez lui, c'est facile de Rennes ou d'Aulnay Sous Bois.

Pour faire bref, les journaliste du Syndicat National des Journalistes de Ouest France dénoncent le déclin éditorial de leur journal, à lire sur leur blog :

Le combat pour les retraites est terminé. Mais l'amertume est grande dans la population, et donc même chez les journalistes. Et ça promet des lendemains qui déchantent pour les gouvernants comme pour les capitaines médiatiques.

vendredi 29 octobre 2010

Le carambar des sondeurs

Brice, Brice, Brice, je t'aime bien.T'as une bonne tête, pas joyeux du tout.
Si tu fais un sourire, c'est un peu avec l'air contraint.

Mais tu es sur tous les tableaux, sur tous les plateaux.
A la télé, à la radio.

Brice Teinturier est sondeur. Il sonde l'âme des gens qui n'ont pas peur.
Avec lui la vie est facile. On sait ce que pensent les gens.

Ils sont beaucoup à longueur de temps,à nous expliquer combien, comment sont les gens.

J'ai vu Brice à la télé. C'était pendant un journal de la chaine.
Enfin j'ai vu Brice et entendu Laurent Wauquiez.Laurent c'est notre ministre du chômage qui baisse, enfin presque. Laurent nous a dit que Brice avait trouvé que les gens au chomage aimait plutôt bien leur pole emploi.

Pas tous mais un majorité. C'est déjà ça.
Brice a fait son boulot. Il est payé pour ça, par le gouvernement.
Brice, il est capable de tout, pour tout. Si un jour la nasa lui fait une commande, il saura nous dire que les français craignent la grippe rouge de la planète mars.

Et puis ce midi j'ai encore vu Brice. C'était encore à la télé.
Je mangeais, je n'ai pas bien suivi ce qu'il disait. Il parlait de demi-teinte, de modèle alternatif, de cristalisation.
J'ai cru un instant qu'il parlait d'une machine à caramel pour faire des carambars.

Pendant le repas, on parlait en famille.
De la retraite, des ouvriers, des cotisations, de Courroye mais pas de Bettencourt.
Je me disais que les petites musiques des uns et des autres faisaient un brouhaha. Et que même les plus attentionnés pouvaient ne rien comprendre.

Alors j'ai été voir la télé sur internet. C'est sur France2, il y a une jolie journaliste qui pose pleins de questions intelligentes (et orientées sisi ça se voit). Brice est tellement important que dans le menu il y a juste son nom.

Alors Brice nous explique un jour combien les gens sont contents de l'administration du chomage dans notre pays. Tout ça il le facture au gouvernement, bien sûr. Puis plus tard, il vient nous dire son analyse politique de la gestion des affaires publiques par le gouvernement, les syndicats et l'opposition parlementaires.
Pas de problème, Brice. 
Mon café refroidit, je ne t'écoute déjà plus.

Pour info :

Derrière le camion poubelle


Et qu'a-t-il derrière le camion poubelle ?

Il y a toujours un automobiliste un peu pressé,
Celui qui a un rendez-vous,
Celui qui est toujours plein de responsabilité,
C'est un peu con.
Mais il finit toujours derrière le camion poubelle.
Alors il attend, il s'énerve, mais il attend.

Il y a aussi le cycliste qui n'a pas pris le sens interdit.
Mais il ne reste pas derrière le camion.
Il roule sur le trottoir,
Il slalome entre les poubelles sur le trottoir.
Il fait un petit coucou aux mectons dans leurs autos.
Et le voilà parti plus loin.

Mais derrière le camion poubelle,
On trouve aussi l'ouvrier,
Et bien oui un ouvrier, un salarié.
Un mec qui fait un boulot ingrat, mal payé.
En plein cagnard l'été.
Dans les bourrasques l'hiver.

L'éboueur, c'est le mec dont personne ne veut prendre la place.
C'est tellement vrai que celui-la a bien une place d'immigré qui bosse.
Et puis c'est un mec qui a une vraie place dans notre communauté.
Une vraie reconnaissance.

Et bien des fois le camion, il ne passe plus devant chez moi.
Parce que la camion est resté sur son parking,
L'éboueur fait aussi la grève.


Quand il n'y a pas de camion, mes poubelles,
Elles restent à la maison.
Et dedans cela s'accumule.
C'est dans ses occasions que l'on se rend compte
Combien les déchets prennent de la place dans nos vies.

On pourrait en profiter pour se poser des questions.
Mais non,
On est trop content que cette semaine le camion poubelle soit revenu.
Alors on peut consommer, puisque c'est devenu le but d'une vie.

Au fait ils ont fait grève les éboueurs,
Mais quelqu'un s'est-il demandé pour quelle raison ?
Ah oui
On discutait aussi de leurs retraites.


Petite leçon de rattrapage, avec Eco89 :


envoyé par . -

mercredi 27 octobre 2010

Le virus avance masqué





Je suis encore retrouvé dans le temple de la consommation,
Celui tout au nord.
D'habitude mon caddie survole les rayons,
Il trace sa route.
Je déteste perdre du temps.
Ma liste en poche, je sais déjà comment je vais organiser ma corvée.

Et puis l'autre jour, on a fait les achats en famille.
Alors du coup, mon plan de route a été mis en difficulté.
Enfin je pousse le caddie devant les caisses.
Tiens le libre service aux caisses devient général.
Les caissières bientôt (ou déjà) au chômage vont remercier les consommateurs qui font le boulot à leur place.
On en est à distribuer des gadgets qui scannent les articles en temps réel.
Le progrès c'est génial !

En attendant de céder aux sirènes de ce modernisme ,
La famille militante s'est donc installée à la caisse 45, avec caissière en chair et os.
Arrivée à la ligne bleue, il reste à attendre.
Du coup la pression des courses commencent à s'estomper.
J'en étais là.
Et puis j'ai tourné la tête vers le rayon parapharmacie.

Le coup d'oeil du professionnel.
Tiens qu'est ce que c'est que ...
Zut alors des masques.
Des masques chirurgicaux, de protection, avec élastique qui font mal.
Du coup j'ai été prendre une petite photo.

Bon vous ne verrez l'épaisse couche de poussière qui rappelle comment le H1N1 est une histoire si lointaine.
Vous ne verrez pas le linéaire entièrement plein de boites de masques.
Je voudrais remercier Roselyne Bachelot, pour le travail qu'elle a offert à tant de salariés qui ont fabriqué des masques de protection.
Ainsi que bien sûr la remercier des dividendes les actionnaires des laboratoires fabriquant le vaccin anti-H1N1.
J'entends que la campagne de vaccination de la grippe saisonnière fait un flop.
J'en suis malheureux pour les prochains malades.
Du coup je vais faire un coup de pub à Carrefour, il leur reste plein de masques.
Ça pourra être utile, non ?

jeudi 21 octobre 2010

Ne pas se tromper

Surtout ne pas se tromper de combat.
Il est devenu facile de critiquer le gouvernement de François Fillon sous le haut commandement de Nicolas Sarkozy. Depuis l'élection de 2007, une vraie rupture s'installe entre une certaine élite et la population française dans toutes ses couches, dans toutes ses composantes.
L'idéologie pseudo-libérale, parfois pseudo-étatiste ne fait pas oublier que Nicolas Sarkozy préside l'ensemble des français mais copine surtout avec les plus riches.

Les manifestations contre la réforme des retraites sont pleines de sens. Une défience vis à vis du pouvoir est en train de s'installer. Et ce n'est pas les casseurs qui vont enpêcher cela.

Pourtant il est bon de rappeler que c'est bien la réforme des retraites qu'il faut combattre. Une certaine gauche voudrait se faire plaisir en taquinant un peu vite le pouvoir sur d'autres sujets. Sauf que le président Sarkozy est élu pour cinq ans. Le parlement de même. C'est long pour une opposition, mais c'est la démocratie.

Je suis pleinement d'accord sur le combat actuel des syndicats. Et même la réforme votée, on peut continuer à dire, à manifester notre désaccord sur une réforme injuste, inéquitable.

Sauf que le combat des retraites ne peut être le début d'une campagne fut-elle présidentielle !

samedi 16 octobre 2010

Lettre à Alain Boulanger, politique malheureux

Voici le courrier envoyé à Alain Boulanger pour toute réponse à son commentaire sur le site de


Monsieur Boulanger,
Cher Alain,


J'ai été quelque peu surpris du commentaire que vous avez laissé sur le blog de . Vous seriez devenu pour moi et mon ami Laurent Comparot, « quelqu'un d'infréquentable, voir de nuisible pour notre mentor ». J'ignore d'où vous pouvez tenir une telle affirmation.
Puisqu'il semble que vous suiviez quelque peu les discussions en ligne, le terme mentor n'est pas celui qui convient. Je me suis déjà expliqué là dessus. Gérard Ségura a été notre tête de liste lors des dernières municipales. Il est donc logiquement celui qui conduit les affaires de notre ville. Il n'est pas mon directeur de conscience, même si ses expériences, son vécu des affaires est un atout précieux lorsque l'on s'intéresse à la chose publique.
Infréquentable, nuisible, d'où sortez ces affirmations ? J'ai gardé un bon souvenir de la campagne des cantonales lorsque nous devions parcourir le marché du centre-gare pour accompagner le candidat Alain Boulanger. Et s'il est sûr que j'ai un souvenir plus mitigé d'une réunion post-campagne à la ferme du vieux-pays, je n'ai jamais voulu épiloguer la-dessus.
Alors les affirmations gratuites, sans bases solides, viennent-elles de ma dernière saillie sur le nouveau communiqué de Capade-Sud. Mais relisez le communiqué ! Relisez mon commentaire !
Le communiqué n'a aucun logo, aucune signature. Si bien que j'ignorais qui était son rédacteur au sein de l'association.
Sur le fond, l'invitation au dialogue lors d'une prochaine réunion est faite à travers d'affirmations et de questionnements très variés sur la disparition d'ATTAC, l'ouverture du Franprix et les commerces de bouche communautaires. Vous oubliez l'ouverture récente d'un nouvel opticien.
Le tout est un assemblage brouillon sans qu'une ligne directrice soit vraiment clairement pertinente. Le mieux n'aurait-il été de se poser la question de l'avenir des commerces de proximité, dans le centre-gare et aussi dans les quartiers, et de présenter ensuite l'ensemble des évolutions récentes du secteur.
Pour le reste de votre propos dans MonAulnay, sur les trotskistes qui ne balayeront pas devant ma porte, ils sont tellement malheureux de méconnaissances des personnes, de leurs combats. Vous préférez même saluer l'ensemble des lecteurs sauf Laurent et moi-même affublé de curieux sobriquets. J'aurai au moins gagné ceci avec cette toute petite affaire, c'est le regret d'avoir cru un temps dans vos chances. Dès à présent il ne reste plus que mon dédain pour vos badinages.
Mais je laisse toujours ma porte ouverte au cas ou un jour vous voudriez revenir sur vos commentaires.

David BURLOT

lundi 11 octobre 2010

Laïcité mon cul !

Ça vous plait ?Moi pas du tout.
Ainsi vendredi Nicolas Sarkozy a rendu visite au pape.

Ce voyage il l'a voulu.
Il a été pensé par ses spin doctors.
Ce sera un chemin de croix après un été de désastre.

Les médias français ont donc été de bonnes chambres d'écho.
L'entretien avec le pape, les signes de croix, et la petite  prière.
Assis sur sa chaise, le président de la République Française a pu entendre ceci :

Dieu seul est grand
Dieu seul est grand est le principe et la foi
Dieu seul est grand est la source de votre autorité et le fondement de vos lois.
 La laïcité en a encore pris pour son grade.



envoyé par . -



dimanche 10 octobre 2010

La funky armée nord-coréenne

Kim Jong Il
Kim Jong Un
Kim Jong Zéro.
Funky !!!!




merci à pour cette découverte

vendredi 8 octobre 2010

Le prisme

En voilà un qui va être difficile à accoucher. Pourtant il est en gestation depuis quelques jours. Je ne sais pas pour vous, amis blogeurs, amis commentateurs, amis trolls (!). Mais quelques fois il y a une certaine idée qui trotte, qui chemine, qui s'avance. Et souvent la conclusion est évidement un article.
Mais souvent aussi la pensée évolue, au gré de l'actualité. Elle est même dépassée par les évènements bien des fois. Alors dans ces cas-là quand on a décidé d'en parler, il faut sortir la ventouse, les forceps, en appuyant bien là ou ça fait mal.
J'aime bien l'idée du prisme. On regarde la réalité différemment à chaque fois. La lumière blanche n'est plus blanche mais pleine de couleurs. Les formes sont plus que déformées.
Sauf que c'est pour tout le monde la même chose. On voit la vérité mais celle cachée derrière nos histoires, nos expériences et surtout nos envies.
Alors mon prisme je l'aime bien, je crois même qu'avec l'âge il déforme de mieux en mieux.

vendredi 1 octobre 2010

Ce mec est mon camarade

et de trois pour aujourd'hui.
Je vous assure, je ne voulais pas.
Mais un camarade de l'extrême m'a fait parvenir le courrier d'Arnaud Montebourg au PDG de TF1, Nonce Paolini.
Et là, quel morceau de bravoure.
Je suis sûr qu'Arnaud est désormais tricard au 20h de TF1.

                                                           

@zozo est sur twitter

Ben oui,
vous le connaissez tous.
Enfin ceux qui micro-bloggent sur twitter.

Pour ceux qui suivent le journal de Pernault sur TF1, vous pouvez arrêter votre lecture ici. Vous n'avez sans doute pas les bonnes ressources pour comprendre la fin de cet article à la limite de la calomnie.

Donc @zozo s'est inscrit sur twitter.
Comme il est rusé, il s'est tout de suite dit qu'il allait suivre tout plein de gens.
  • Il a trouvé des anonymes comme sur la liste des ( cela étant dans cette liste se cache un anonyme célèbre pour avoir mis en rogne le PR, on en rigole encore ).
  • les anonymes célèbres. Enfin ceux que je connais comme , ,  
  • enfin les vedettes tellement nombreuses qu'il faut les trier entre les politiques, les journalistes et les peoples. (là vous n'avez qu'à chercher vous-même)
Pour commencer, ses tweets ont été gentils. Un "bonjour", un "bonsoir",ou "je mange une glace". Il a même foursquare qu'il était au crédit agricole de Plouguenast. (là j'ai un doute, il n'y a pas de 3G dans le bourg).
Un autre jour il a twitpic une belle blonde, bien fraîche sur son zinc. Il aura tellement RT, et tellement TweetShrink de lien qu'il s'est fait plein de voisins sur son TL. Du coup il peut les #FF toutes les semaines pour le plaisir.

Bon là je suis sûr d'avoir perdu un grand nombre de lecteurs, reste forcément un twittos. (pour le non initié curieux ou fou, ça n'a rien à voir avec un spéculos)

Donc entre nous, va lire l'article de RUE89, sur le . 
C'est du lourd. avec du réel, de l'irréel, de l'espionnage. 
Ils ont du bien rire à l'UMP, mais maintenant ça va être à notre tour. 
Alors comme dit alias Baptiste Roynette, chargé de la veille au sein de l'agence web interne de l'UMP : "Et je viens surtout de me rendre que twitter est vraiment un outil pour dire des rumeurs, betises! See you en aout prochain ou solferino."

un point, deux points, et trois points tu l'auras !


Je ne sais pas comment cette histoire de permis à points va finir. Je commence à croire que je vais finir énervé. Vous me direz que c'est souvent comme ça, et je le sais.

Donc les sénateurs, suivi par les députés dont mon député de circonscription Gérard Gaudron, ont décidé d'aménager la peine des conducteurs en délicatesse avec l'intégralité de leurs points. Mais de son chateau, notre président après avoir laissé croire qu'il était favorable, a bien expliqué qu'il ne voulait pas de cet aménagement.

à lire sur

Pendant ce temps, Gérard Gaudron nous expliquait sur site internet, combien son travail de parlementaire avait fait avancer ce dossier. à .


Alors, il ne reste plus qu'à attendre la semaine prochaine.