Pages

jeudi 29 juillet 2010

limiteur, régulateur et accélérateur

J'étais là tranquille, peinard, détendu.
Ma roulait tranquillement à la périphérie d'Aulnay Sous Bois.
Je pourrai tirer une caravane.
Mais j'aurai trop peur qu'on me renvoie en malouchie.
Peut-être que je pourrai y appendre la guitare.
J'ai un petit faible pour le Gypsy jazz.

T'es pas pressé, t'as le temps,
Et puis avec le limiteur de vitesse t'es tranquille.
Les condés ne me reconnaissent pas.
Depuis le temps de ma jeunesse, je me suis bien calmé avec la vitesse.
Des fois quand je vais en Bretagne Intérieur, je maudis le bas débit de ma ligne.
Pour le reste du temps je suis en 3G (Grognon, Glandeur, et Graveleux).

J'en étais là à capter l'air du temps sur la radio des infos si pressées.
Quand j'ai entendu ceci
Allez savoir pourquoi, j'ai tout de suite pensé à dont on attend encore la réponse.
Et allez savoir pourquoi (bis) j'ai encore un peu plus .

Mais le ministre de l'intérieur Brice Hortefeux s'attaque aux . Il faudra sans doute beaucoup d'arguments pour Michèle Merli, déléguée interministérielle à la sécurité routière afin que celui-ci n'oublie pas aussi l'insécurité routière dans ses priorités.

En attendant comme c'est le second article de la journée vous avez bien mérité ce petit morceau de caravan :

Ta réalité ... en caravane

Je ne sais pas pour vous.
Je n'ai pas l'esprit aux vacances.
Et pourtant elles débutent, et elles devraient durer.
Mais non de non, malgré les valises, les préparatifs, je suis encore capté ou captif de l'agitation toute relative de notre gouvernement.
D'ailleurs je ne suis pas le seul à .
Voici que Brice Hortefeux, vice premier gendarme de France, nous enfume avec les Roms.
Je vous laisse écouter sur RTL.



Les voyous, les karchers, les hordes de banlieues, plus ou moins teintés, plus ou moins de par ici ou d'ailleurs sont oublié. D'ailleurs on n'a plus le temps.
Aujourd'hui Eric Woerth est entendu par la police financière. Mais que retiendra-t-on ce soir dans les médias ?
Pour le ministre Brice Hortefeux, il s'agit de la réalité. Et il a l'air de la connaître la réalité. Il le repète à longueur d'antennes. Oui, la réalité, celle du terrain pas celle des journalistes parisiens. La réalité sur les campements sauvages, pas celle du copinage politique. La réalité des évacuations de Roms, pas celle des évasions fiscales. Et puis la réalité des grosses berlines qui tirent la caravane, pas celle des ministres qui grillent les feux rouges.

Elle n'est pas propre la réalité.
C'est peut-être pour cela que cette année que ce blog ne va pas prendre de vacances.

Alors à la prochaine sur le blog itinérant.

lundi 26 juillet 2010

vive la presse locale, vive le courrier indépendant

J'aime bien la presse locale.
Dès que je vais quelque part, je lis le canard du coin.
C'est toujours intéressant.

Les petits ou les grands accidents de la vie, 
la fête du village, 
les noces d'or, 
les problèmes de voisinage.

Mais surtout j'aime bien lire les pages politiques.
Bien sûr cela ne s'appelle jamais comme cela.
La petite interview du maire, du député ou du sénateur.
Il a toujours les pieds dans la boue le député.

Il vient d'inaugurer la foire, de serrer des mains, d'embrasser les gamins.
C'est un sacré boulot.
Alors quand il passe dans le canard, il faut le ménager.

Alors je vous présente le "courrier indépendant".
Il s'agit de l'hebdo du pays de loudéac. C'est situé
Loudéac est célèbre pour son maire, Gérard (encore) Huet .
Loudéac a aussi son député, Marc Le Fur.

Encore, allez-vous dire, et bien oui, encore.
Marc est député UMP, vice-président de l'assemblée, auteur d'un .
Cet amendement n'a pas été validé entièrement.
On attend avec impatience le décret d'application de la loi sur la modernisation de l'agriculture.

Et donc moins de 15 jours après la discussion de l'amendement, le député est interviewé dans le courrier indépendant. Comme le sujet est difficile, et est déjà paru dans le numéro précédent, on ne posera pas de questions génantes.
désolé pour la qualité de l'image
On ne parle pas de l'amendement mais de la défende des agriculteurs devant la taxe carbone.
On ne parle d'écologie mais d'éoliennes (comme si cela réglait tout).
On parle de droite sociale pour mieux valider la retraite à 62 ans, et le combat intraitable sur la reconaissance des mères.
On parle de partenariat Etat - député, pour le pôle santé du centre-Bretagne, en oubliant les collectivités locales.

Bref on passe la soupe, et on oublie toutes les choses qui fachent.
Le courrier indépendant est vraiment indépendant. 
Mais son esprit critique est lui bien absent.

mercredi 21 juillet 2010

Les retraites à huit clos

Forcément à jouer avec le feu, le gouvernement voit encore devoir jouer au pompier.
Depuis ce matin, la commission des affaires sociales est réunie pour parler des retraites.
Ne chercher pas les images, vous n'en trouverez pas.
Dans sa mansuétude, le gouvernement et le président de la commission Pierre Méhaignerie ont décidé de se calfeutrer pour discuter de la nouvelle loi sur les retraites.
Le huit clos va permettre de garder la sérénité des débats, bonne blague.

Sachant que la reforme des retraites est portée par le ministre des affaires sociales,
Sachant que celui-ci s'appelle Eric Woerth,
Sachant que les choix du gouvernement sont profondément injustes et incomplets dans son financement,
Résultat un débat tronqué qui va favoriser un rejet encore plus fort des français.

Alors le débat s'ébruite au public sur twitter, vous pouvez trouver les commentaires
Et bien sûr les arguments sont raccourcis.
Il suffit de lire celui de , twittos émérite.

Avec de telles démonstrations, je crois que les acquis sociaux les plus fondamentaux sont en dangers. Faire le reproche, 27 ans après, d'une avancée sociale telle que la retraite à 60 ans nous montre que la droite républicaine ne reculera jamais devant ses dogmes.
Alors vous pourrez toujours me reprocher le raccourci de ce raisonnement, sauf que je n'y ai pas mis un huit clos.

lundi 19 juillet 2010

Esprit critique






Allez savoir pourquoi plus j'y pense, plus j'y crois.
Bien sûr toutes mesures gardées.
Les époques ne sont plus les mêmes.

Et si nous sommes en guerre, on ne le sait même pas.

C'est à la suite d'une photo que j'y ai pensé.
Et puis je me suis dis à quoi bon.
Tu vas encore te faire traiter de crétin.
Alors j'ai laissé tomber, encore.

Mais la photo vient de ressortir.
Il n'y a rien sur de facheux ou qui porte à conséquence.
C'est un petit montage de rien du tout.
D'ailleurs je ne dirai même pas d'où elle vient cette photo.

Elle n'est même pas officielle.
Mais c'est juste un photo.
Bon les plus attentifs ont déjà trouvé.

Si je parle de photo montage dans cet article,
c'est pour faire la claque à un joli site.
Il s'agit d'un site qui parle de propagande.
De la vraie, celle de l'URSS, de la Chine et de l'Allemagne nazie.

Déjà que l'on fait référence ici bas au stalismisme,
Alors que ces jours-ci on parle beaucoup là-haut de méthode fasciste,
Maintenant que 1984 ne me semble plus si loin, à moi aussi?
je vous présente donc : cliquez sur l'image

Bonne lecture.
Et à partir de cette lecture, vous verrez peut-être alors les choses si différentes.
Mais sinon je vous en reparlerai, peut-être, vers 2012 ou avant, qui sait ?


crédit image :

vendredi 16 juillet 2010

le PCD : tag poisson ou tag pigeon

J'en étais là dans mes pensées.
Un peu de tri ici, un peu de rangement là.
Et que de choses à lire.

Quand je suis tombé sur Me Marie Laurent sur twitter.

Alors bien sûr j'ai été leur rendre visite au PCD 29, membre fondateur de l'UMP.


Ils n'ont pas de sous.
Moi je ne comprends rien, je pensais que Me Boutin était à l'abri du besoin.

Z'ont encore rien compris au affilié à un homme/femme politique que tellement il/elle est fort/e tellement il/elle est beau/belle qu'il/elle mérite une petit obole.

Allez je sais, c'est populiste à souhait.
Maintenant que tata Liliane n'a plus personne pour remplir son chéquier, certains vont faire la manche.
Mais je propose au PCD du Finistère de changer le tag Poisson en Pigeon, ce sera plus parlant.

à suivre : vous avez aimé Woerth, vous aimerez .
question subsidiaire : à la fin de l'alphabet, on reprend tout au début ?

France : Cocorico cayest , cocorico apu

Bon au départ, je me suis dis que c'était une bonne idée.
Et puis après j'ai appris qu'il avait sauté.

Carrément, en pleine journée, une vrai feu d'artifice.

Comme je suis taquin, j'ai tout de suite pensé à en faire tout un plat.
Et puis, la journée est passé, vite, très vite, .. une vraie marche militaire.
Ce fut une fête nationale.
Alors j'ai laissé tomber.

Mais deux jours plus tard, les plombs sont toujours fondus.

Il y a deux jours, le site   était lancé pour promouvoir l'image du pays.
Et depuis c'est le bug, . 

Cela doit être la vitrine de la France à l'étranger.
Et bien, elle a déjà besoin d'un coup de ripolin.

Mais à part ça tout va pour le mieux en Sarkozie.


La Bretagne et le Nord font même sécession sur le site. C'est bien preuve d'un complot, non ?
(Ils auraient pu couper la carte un peu plus à l'Est de la baie de Saint-Brieuc, cela m'aurait donné des idées supplémentaires.)

dimanche 4 juillet 2010

sur mon tas de fumier

J'ai pas peur de l'odeur.
Je m'y suis habitué tout petit.

Alors quand j'ai lu ça sur

J'ai surtout lu que

il vaut mieux écouter les agriculteurs, qui se lèvent tôt pour aller travailler, plutôt que ceux qui nuisent, qui gênent, qui empêchent : même si le point de vue de ces derniers peut être considéré comme légitime, il faut savoir les remettre à leur place !

, vice-président de l'assemblée nationale

J'en reste sans voix, mais mon clavier s'est réchauffé.

Ras le bol de ces cons qui se permettent des comparaisons à deux balles.
L'agriculteur qui se lève tôt,... et encore mon tonton a bien compris que cela ne servait à rien.

Moi aussi je me lève tôt et je me couche tard.

Crois-moi mon coco, j'attends mes vacances pour te rendre visite.
Et moi aussi je saurai te remettre en place.

vendredi 2 juillet 2010

Caravane ou estafette

Le temps est à l'orage.
Dans ces moments-là, certains n'hésitent pas à fermer les fenêtres et les portes.
Et puis ils attendent.
Ils sont patients, et un peu peureux aussi.

Alors l'orage passe.
Mais à chaque fois, il laisse une trace.
Puis encore une trace.

Je trouve qu'en ce moment il y a plein d'orages.
C'est électrique, pas nucléaire, non électrique.
C'est dans l'air.

Pas de chance, les vacances arrivent pour certains.
Alors ils vont devoir sortir un peu, pour aller camper en caravane.
Et moi je me dis qu'ils vont être bien accueilli.

Mais bon les parents ne sont pas fous non plus.
C'est leur grand dadais qu'il envoie chercher du pain.
J'aime bien leur vie de famille.


Frédéric Lefebvre, Benjamin Lancar et Xavier Bertrand
au point presse du départ de la caravane des jeunes pop

l'autre bataille du porc (suite)

En France on a des idées.
Et si on en a aucune, alors on tergiverse.
Encore et encore.

On avons 13000 élevages porcins, soumis à des autorisations d'agrandissement.
Le député Le FUR des Côtes d'Armor (1er département de production et champion du monde)
veut de la simplification administrative, idée très libérale.
Nous passerons donc de l'autorisation à la déclaration.

C'est vous dire si cela change.

Mais même si Nicolas Sarkozy pense que "l'écologie ça commence à bien faire", le débat à l'assemblée tombe en plein ramassage des algues vertes sur les plages.
J'en suis à me demander s'il existait un réel intérêt de faire de la prévention cet hiver.

Le gouvernement est donc comme un con.
Et pour faire passer la pilule on va donc tout passer dans un décret.

Ce décret va exonérer d'enquête publique les regroupements.
Dans sa pertinence législative, le gouvernement parle d'augmentation sensible, et d'effet notable.

Comment quantifier une augmentation sensible ??? +1, +10, +100, par rapport à quoi ???
Comment qualifier un effet notable ??? en tonne de lisier, en tonne d'algues vertes ???

Bref comme l'ont indiqué deux députés PS, Mme ERHEL et M. PEIRO, on va vers une formidable source de contentieux

Pour eux, la guerre du porc est rallumée en Bretagne, les agriculteurs seront encore montré du doigt.

Et pourtant un préfet de la république avait sorti
Et pourtant une plage vient


Allez à 15h30, l'histoire continue