Pages

vendredi 29 janvier 2010


Je crois que tout est dit dans le titre, alors cliquez

vendredi 15 janvier 2010

Tiens et si on allait au cinéma ?



Enfin cela a presque commencé comme cela.

Vous savez que je lis beaucoup les blogs d'ici et d'ailleurs.
Aussi quand une pseudo polémique a commencé sur l'éventuelle implantation d'un multiplexe cinématographique sur notre ville, j'ai souri...

Aussi j'ai mes petites habitudes : je me paye une toile très régulierement avec une partie de la famille quand l'autre partie travaille. C'est inscrit quand madame travaille, monsieur retombe dans les cartoons avec mademoiselle.

Et puis ... est venu la période de noël, avec son père qui n'avait pas tout emballé.
Horreur, il fallait trouver un échappatoire magique pour Mademoiselle. Et c'est moi qui m'y suis collé : direct l'UGC ciné Rosny 2.

Et bien sûr c'était complet, et bien sûr la mère noël n'avait pas fini sa lourde tâche.

Il me restait 20 minutes pour atteindre le cinéma de Sevran ... Séance à 20h + 10 à 15 minutes de publicité et d'extrait en tout genre, c'était jouable.

Arrivés à 20h10, c'est que le temple de la consommation de Sevran est vaste, les caddies à contourner, les badauds qui se promènent ...

20h10, l'accueil est ouvert.
" -Bonjour, j'espère que l'on arrive pas trop tard sur la séance de 20h,
le film est commencé SVP ?
- Quel film, euhh,
- Astroboy
- Ah il y avait Astroboy ce soir, ... je ne sais plus, ah oui, mais il n'y avait personne ...
- Ah bon, c'est pas grave, on ne veut pas vous déranger.
- Non non, je vais vous le mettre, mais le soir ici c'est calme.
- pour nous deux ?
- oui oui dans la grande salle, montez avec moi."

On a payé et on a pris l'ascenseur pour la salle de projection.
Papa s'est pris au jeu du projectionniste.
Mademoiselle a regardé les photos qui tapisse le mûr du fond, la technique s'est pas son truc.

"- Je vous mets directement le film, sans la pub. "

On descend dans la salle, ... personne.

"-moi j'aurai aimé avoir la pub, (là, longs soupirs du papa devant sa fille !)
- ça on en reparlera !"

Un geste au projectionniste vraiment sympa et le film démarre.

Je ne veux pas tirer de conclusion trop hâtive de cette petite expérience.
Alors bien sûr dans un multiplexe, on aura jamais la possibilité d'avoir une séance très personnelle, ni une visite des locaux techniques.

Mais avant d'annoncer la mort des petits cinémas de quartier, je souhaiterai au moins que l'on se fasse une toute petite idée de leur situation, un simple état des lieux sur leur programmation, sur leur clientèle.

dimanche 10 janvier 2010

Le requiem du 20 heures

Y a des dimanches comme ça.

Tu passes une bonne journée avec des amis et la famille.
Et puis en regardant le journal de 20 heures, tu prends une claque...

Tu prends 20 ans.

Mano Solo est parti.

Je l'avais croisé dans un festival, il y a déjà très longtemps.
Cette maladie, sa maladie faisait peur.
Et lui, il ne parlait, il ne chantait que cela, la mort.

Les cicatrices de la vie lui ravageait le visage.
Sa maigreur, sa noirceur me glaçait.
Et en même temps il était la vie, malgré la maladie.

Un dimanche soir, en 1993, au 20 heures, Elno est mort.
Il chantait la vie avec des négresses pas toutes vertes.

Mano et Elno,
Décidément je n'aimerai jamais les dimanches soirs.



envoyé par . -