Pages

mercredi 28 octobre 2009

Soutien à Chaffoteaux : un bon ouvrier est un ouvrier


L'usine Chaffoteaux est une usine qui comme beaucoup d'autres va être fermée.
207 licenciements économiques.
Sauf que là encore les actionnaires sont bien sucrés.
Mais comme la crise a bon dos, les ouvriers devraient faire le dos rond.

Leur combat est sur le blog de soutient :

Le photo François Daniel suit leur résistance, à travers de magnifiques photos.

mercredi 14 octobre 2009

samedi 10 octobre 2009

Le fils à papa peut-il faire chuter le trône.


Ohhhhhhhhhhhhhh

ça twitte un max ce matin.

Je vous conseille le flux

Déjà hier #Mitterrand semblait enterré, malgré sa lettre de moralité envers son filleul.
Z'avaispastoutsuivinonplus. c'est à lire sur

Bon mais là c'est du lourd.

Le papa prépare sa retraite (déjà) !
Le fiston 23 ans, pas encore fini (ses études), doit avoir une bonne situation.
On va lui donner un gros morceau de la Défense l'Epad.
Mais bientôt ce sera aussi avec l'Epasa.

Vous êtes perdus, moi aussi. c'est mieux expliqué sur

Seulement, la ficelle est tellement grosse que le bon peuple y va pas sans doute pas l'avaler (la couleuvre).

vendredi 9 octobre 2009

Mise au point II : la critique systémique et le godillot

C'est une joie, un honneur et une vraie reconnaissance.

M. Gaudron et/ou M. Thibault-attachéparlementaire lisent ce blog.

J'en suis fort aise. C'est à lire

Ainsi je cite :
Curieux débat qui agite les blogs de certains aulnaysiens spécialistes de la critique systématique sur le fait que le député réponde sur son blog avec les arguments développés avec l'ensemble de ses collègues du groupe UMP pour ce qui concerne les grands dossiers comme la Poste, ou les retraites des mères salariées !
Pourquoi serais-je obligé de réécrire un texte issu de discussions auxquelles j'ai participé ?
et bien je dois répondre, me semble-t-il.

Vous jouez un rôle d'opposant systémique en tant que conseiller municipal. En quoi voudriez-vous que j'agisse différemment vis à vis du député de ma circonscription.
Et puis nous avons connu aussi des blogs très radicaux vis à vis de la gauche aulnaysienne qui ne vont pas beaucoup gêné.

Les choix du gouvernement que vous appuyez ne sont pas ceux de la politique que je souhaite pour la France.
Acceptez cela.
Vous aurez toujours une opposition. Et ce n'est pas la pseudo ouverture à gauche du président Sarkozy qui changera cela, bien au contraire.

Vous êtes élu en tant que député. On attend du député un travail, une réflexion et pas un suivisme sans état d'âme. Vous discutez avec vos collègues, c'est heureux. Mais jusqu'où se situe la discussion avec le gouvernement.

Je trouve juste curieux que jamais sur , on ne trouve une trace de ce groupe de travail. Jamais personne n'a songé à citer tel ou tel collègue.

Aurez-vous les mêmes arguments lorsque les , de l'Energie, du Développement durable et de la Mer.

Et la rentrée scolaire, dois-je préférer que ?

Du coup je me fais en quelque sorte le porte parole de questionnement de bloggeurs. Rassurez-vous, cela reste entre nous; ce n'est pas parce que l'on diffuse quelques propos sur une toile que les propos trouvent leur écho dans la ville.

Mais que voulez-vous ?
Le débat se situe au niveau de celui qui est en responsabilité. Si vous nous entrainez sur des terrains qui semblent vous échapper.
Un jour l'escalator de la gare d'Aulnay, un autre jour Hadopi, une autre fois la TVA à 5,5.
A chaque fois, les arguments (dans la forme et le fond) sont ceux des autres. Jamais nous n'avons le sentiment que ceux-ci sont aussi les votres.

Par mémoire vous savez l'escalator doit être réparé dans la gare d'Aulnay Sous Bois. Souvenez-vous, c'est ou . J'attends encore la réponse du président de la SNCF. (les travaux c'est à lire sur )

Enfin la formule Godillot n'est pas seulement celle attribuée "aux parlementaires qui ont participé aux séances sur le texte Hadopi et qui ne faisaient rien d'autre que leur boulot de parlementaire soutenant la majorité à laquelle ils appartiennent."Elle est aussi attribué aux députés qui "suivent les consignes de son parti sans discuter".

Alors sans rancune et à la prochaine ...




source :