Pages

mercredi 16 avril 2008

mardi 15 avril 2008

GRAND PARIS : le projet de toutes les spéculations et de toutes les convoitises


Je publie ici un article de notre
ami et camarade Laurent Comparot.

GRAND PARIS : le projet de toutes les spéculations et de toutes les convoitises
Le projet du « Grand Paris » revient à contre-temps puisque les villes et les départements de la petite couronne viennent d'élire leurs exécutifs.

Le projet du Grand Paris ou Paris Métropole est né d'un constat très simple. L'actuelle ville de Paris ne s'arrête pas au périphérique et est très étroitement liée à ses voisines. Et ce dans de nombreux domaines : transport, urbanisme, voirie, eau, environnement, logement, ressources fiscales,...
Le constat est aussi né de l'impossibilité de faire avancer un certain nombre de projet dans le contexte actuel. D'où une réflexion sur la réorganisation du centre de l'agglomération parisienne.

Le dossier est explosif car il mêle diverses ambitions et conceptions. Il y a déjà les tenants du l'immobilisme tant par peur de l'inconnue que par désir de conserver leurs prérogatives.
Du côté de l'Élysée, Nicolas Sarkozy surveille de très près le dossier. Il a certes nommé Christian Blanc, secrétaire d'État chargé du développement de la région capitale . Mais, il avait déjà formé une cellule chargée d'étudier le sujet.
Dans l'échiquier politique régional, la droite est plutôt sur la défensive. Avec 5 départements dirigés par la Gauche dont Paris, ainsi que le conseil régional, l'UMP ne dispose que des Yvelines et des Hauts-de-Seine. Roger Karoutchi traduit ce désarrois avec pour principal objectif, conserver la maîtrise du trésor de guerre de l'UMP, les recettes fiscales des Hauts-de-Seine. Le principal risque serait un découpage politique visant à faire basculer Paris dans un ensemble politique contrôlé par le droite et à démembrer le conseil de Paris et à désarmer Bertrand Delanoé solidement implanté dans la capitale.
Philippe Dallier, sénateur-maire des Pavillons-sous-Bois, rapporteur de l’Observatoire de la décentralisation du Sénat, préconise un retour à la situation d'avant 1968, avec une agglomération composée de Paris et de la petite couronne.
Au contraire, Claude Bartolone préconise de ne pas oublier du projet les villes des régions de Champagne, Picardie, Normandie et Centre qui gravitent autour de l'agglomération parisienne.

Les villes du département devraient connaître des destins différents. Les communes du Nord dont St Denis regroupées au sein de Plaine Commune devrait tirer son épingle du jeu. Tremblay qui tire une grande part de sa taxe professionnelle de la zone aéroportuaire a plutôt une communauté de destin avec Roissy. Au sud, Noisy-le-Grand fait déjà partie de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. Les villes des portes de Paris (Pantin, Bagnolet, Les Lilas, le Pré-Saint-Gervais et Montreuil) ont tout à gagner de l’intercommunalité et du partenariat avec Paris.
Une grande inconnue est la place d'Aulnay-sous-Bois dans ce grand ensemble. Contrairement à Bondy et aux Pavillons-sous-bois, Aulnay ne faisait pas partie du département de Seine découpé le 1er janvier 1968 au profit de Paris, Hauts-de-Seine, Seine- Saint-Denis et Val-de-Marne.
Elle a aussi très peu développé son intercommunalité au sein du S.E.A.P.F.A. qui regroupe les communes d'Aulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil, Sevran, Villepinte et Tremblay-en-France. Les dirigeants de notre ville ont jusqu'à présent évité toute participation à la Conférence métropolitaine de l’agglomération parisienne qui a réunit 96 collectivités locales (la région, 4 départements, 73 communes et 18 EPCI). La question est de savoir comment se traduira dans ce mouvement de mutualisation la politique autarcique de notre ville.

Laurent Comparot

A lire :
Article de Libération du 10 avril 2008 :
Site de la Conférence métropolitaine de l’agglomération parisienne :
Blog de Philippe Dallier sur L'avenir Institutionnel du Grand Paris :
La vision du Grand Paris par Claude Bartolone dans Le Figaro :

dimanche 13 avril 2008




La politique du changement selon Nicolas Sarkozy, semble patiner.
Du grenelle de l'environnement, du pouvoir d'achat aux promesses non tenues envers les ouvriers de Gandrange, la politique du gouvernement Fillon montre ses limites.

Et pendant ce temps, à l'assemblée, nombreux sont les députés UMP exaspérés de la façon dont le parlement est traité.

Les sujets importants ne manquent pas tel que la réforme de la carte scolaire, par exemple.
Mais pour exister en tant que député, M. Gérard Gaudron est contrarié par le changement d'heure.

Remercions notre député de consacrer son temps de parlementaire à des sujets aussi importants. Vous savez en langage journalistique, on appelle cela un marronnier.



13ème législature

Question N° : 20406 de M. Gaudron Gérard ( Union pour un Mouvement Populaire - Seine-Saint-Denis ) QE
Ministère interrogé : Écologie, énergie, développement durable et aménagement du territoire
Ministère attributaire : Écologie, énergie, développement durable et aménagement du territoire

Question publiée au JO le : 08/04/2008 page : 2951

Rubrique : heure légale
Tête d'analyse : heure d'été et heure d'hiver
Analyse : conséquences
Texte de la QUESTION : M. Gérard Gaudron attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire, sur les conséquences du changement d'heure légale, avec notamment le décalage de deux heures induit par l'heure d'été par rapport au temps universel. Il lui demande si un tel décalage répété chaque année à pareille époque est toujours justifié aujourd'hui et si les arguments évoqués à l'époque sont toujours pertinents pour justifier le maintien de cette mesure.
Texte de la REPONSE :
UMP 13 Ile-de-France N

samedi 12 avril 2008

C'est l'histoire d'une élection difficile.

Et comme toute élection, la mobilisation est importante.

Nouas avons l'habitude, comme la loi nous le permet de consulter les listes d'émergement le lundi suivant les deux tours d'une élection. La loi le permet. Il faut rappeler que voter est un droit et aussi un devoir.

Mais ce que la loi permet, peut déranger certains.

Aussi M. le député Gaudron a posé une question auprès du ministère de l'intérieur, sur cette consultation. Il demandait en autre, si le ministère prévoyait interdire cette possibilité.

La réponse est maintenant connue

"le Gouvernement n'envisage pas actuellement une modification du mode de consultation de ces listes."

Le plus amusant dans l'histoire, c'est que le lundi 10 mars, nous avons croisé quelques colistiers de M. Gaudron dans les bureaux de la préfecture, qui venaient ... consulter ces mêmes listes électorales.


le coût de la démocratie à Aulnay

Une des argumentation en faveur des machines a voter est la préservation de l'environnement.

Elle est fausse. De la construction, à l'utilisation, puis à sa destruction, la machine à voter pollue, comme le vote papier (et encore, ...)

Un chiffre 40 185 euros TTC, c'est le surcout liée à la location de 14 machines à voter pour les élections municipales.

Cela fait combien la tonne de CO2 ?

Depuis de nombreuses années, je lis le quotidien "Libération".

On connait son penchant politique.
Il a en général la dent dure, sur la droite comme la gauche.
Et j'apprécie.

Mais quelque fois la direction que prend ce journal me fait rire.

Vendredi 11, le journal était gratuit, sous réserve de la présentation d'un coupon.
Le journal a justifié .

Je cite "Les abonnés recevront dans les prochains jours une invitation pour Disneyland Paris"

Et l'on rencontrera peut-être Nicolas et Carla, dans la dernière attraction.

Pour un journal engagé, c'est une vraie révolution

jeudi 10 avril 2008

Le "252", c'est l’amendement 252, du communiste André Chassaigne, qui prévoit que les OGM ne peuvent être cultivés que «dans le respect des structures agricoles, des écosystèmes locaux, et des filières de production et commerciales qualifiées "sans OGM"». (source Libération du 10/04/2008).

Nos députés de la majorité, en oubliant le grenelle de l'environnement, sont désireux de satisfaire les producteurs céréaliers.

Le courage de Nathalie Kosciusko-Morizet aurait été de démissionner. Mais la pilule qu'elle doit avaler, va la discréditer pour de bon. Maintenant quel sera l'interlocuteur qui vaudra la croire ou la convaincre, puisqu'elle n'a pas su défendre sa position.

Lors de la seconde lecture du projet de de loi sur les cultures transgéniques, elle n'aura aucun levier pour défendre cet amendement.

Et une promesse non tenue de plus, pour le gouvernement.

à suivre ...

lundi 7 avril 2008

(source MonAulnay.com)

Fiasco du CIO

Je vois en direct David Douillet se débattre avec les forces de l'ordre, pour effectuer son passage de relai.

Cela devait être une fête, un vrai moment de partage.

Mais le CIO, en prenant pas ses responsabilités politiques devant l'organisateur chinois, donne une image déplorable des jeux olympiques.

Après les jeux markéting d'Atlanta en 1996, les jeux de 2008 de Pékin seront sous le signe du mensonge.

dimanche 6 avril 2008

mise en perspective

Amis lecteurs,

à la lecture de certains commentaires ici et ailleurs, je désire faire une mise au point.

Ceci est un blog. Comme chacun peut le savoir, un blog est un espace de rédaction où une ou plusieurs personnes peuvent enrichir de billet sur leur ... humeur du moment, leurs passions. La liberté éditoriale est totale, dans la limite de la loi.

J'ai désiré cet espace comme un fourre-tout.
Le temps qui passe, la politique et le monde médiatique font partis de mes centres d'intérêts.

C'est pourquoi j'écris plus pour mon plaisir que pour être lu. C'est cocasse.

Mais allez savoir pourquoi, j'ai plus de lecteurs maintenant que pendant la dernière campagne. Cela fait plaisir mais cela responsabilise en peu plus. Je me retiens même.

Il faut d'ailleurs rendre hommage à Mr Frank Cannarozzo, qui passant d'élu de la majorité à une opposition déterminée, ne ménage pas ses efforts sur MonAulnay.com.

Alors que je suis non élu, et que les semaines suivant l'élection municipale ont été calmes, je sens monter à nouveau de l'intérêt pour le débat. Et cela fait vivre la démocratie.